Les salariés montpelliérains du site Ametyst étaient présents à Paris La Défense pour la journée de mobilisation du 22 septembre. Avec un slogan : « Veolia, on n’en veut pas.« 

L’intersyndicale du groupe Suez a intensifié son action. Une manifestation contre ce rachat a eu lieu ce mardi à La Défense, près de Paris. Interpellations d’élus pour les sensibiliser sur les conséquences humaines de l’offensive de Veolia. Si l’OPA réussit, c’est 75% des activités de Suez France (29.000 salariés) qui seraient revendues à des acteurs français et étrangers. Et pratiquement 5000 postes seraient menacés en France.

Lieu symbolique, l’intersyndicale de Suez avait appelé à se rassembler devant la tour Engie. Engie à qui Veolia propose de racheter ses 29,9% de parts dans Suez.

Ce mercredi 23, les dirigeants de Veolia et de Suez ont été auditionnés par les députés de la Commission des Finances, ils n’ont pas modifié leur position. Pire ! Rien n’a pu être fait pour apaiser les tensions.

Bertrand Camus, directeur général de Suez a réaffirmé son opposition totale au projet de reprise de Veolia qu’ils assimilent à un démantèlement. Antoine Frérot, PDG de Veolia s’est montré plus déterminé que jamais à poursuivre son opération, pas question de repousser sa date limite de l’offre à Engie fixé au 30 septembre.