À quoi sert Bayrou ? À tracer des routes vers l’avenir ?

François Bayrou

Est-ce un homme éconduit qui revient parler à l’oreille du Président ? À quoi sert Bayrou ? À quoi sert un commissariat au Plan ?

L’idéal en politique, c’est d’avoir de la mémoire… Sinon, ce n’est que du « pestacle » comme dirait un enfant de 5 ans, là où, il faut y voir de la stratégie. Il a été l’éphémère ministre d’État, garde des Sceaux, ministre de la Justice d’Emmanuel Macron du 17 mai 2017 au 21 juin 2017. Rattrapés par les affaires des assistants parlementaires payés par le Parlement Européen et possibles emplois fictifs au sein de son parti le MoDem, François Bayrou avec Murielle de Sarnez, et Sylvie Goulard, avaient un peu été obligés de donner leur démission du gouvernement Philippe.

Aujourd’hui le revoilà sur les devants de la scène avec peut-être le même rôle à jouer qu’en 2017 : « le ralliement » pour garantir l’identité centre droit d’une République en Marche moribonde, en quête de valeurs. « Le manifeste progressiste » écrit par les deux anciens conseillers d’Emmanuel Macron, Ismaël Emelien et David Amiel étant très peu convaincant.

Alors, Bayrou fait son JDD pour « livrer ses pistes de travail »

Le chef du MoDem à nouveau l’allié d’Emmanuel Macron se confie dans un entretien au JDD (Journal du dimanche) du 13 septembre. L’homme reste humble (pour le moment), et il explique que c’est la fonction du chef de l’État de « tracer des routes vers l’avenir. »

Dans son nouveau rôle, François Bayrou dit avoir identifié « une quarantaine de sujets vitaux » et souhaite mettre en place des propositions. Et c’est là que le haut-commissaire au plan révèle peut-être sans le vouloir, son plan média « c’est toutes les semaines, tous les quinze jours que les questions doivent être publiquement traitées ». Travail ou « pistes de travail, » 40 sujets tous les quinze jours, l’agenda laisse pantois, et l’emmène avec Emmanuel Macron jusqu’en mai 2022.

À quoi sert François Bayrou ? À donner « des caps, des cartes et des boussoles… »

Depuis début septembre, M. Bayrou est sous l’autorité de Jean Castex, même s’il s’empresse de dire : « mon interlocuteur premier, c’est le président de la République. » Mais alors, à quoi sert François Bayrou ?

Sa définition toute personnelle est simple : « la fonction de l’exécutif, c’est de décider, de trancher, de faire des choix », mais François Bayrou est là pour « dégager des options cohérentes […] les proposer, chaque fois que possible, à ceux qui doivent choisir. » Un guide en quelque sorte, celui qui manquerait à l’exécutif, et dans le verbiage béarnais cela ne fait aucun doute : « il [le gouvernement NDLR] aura devant lui des caps, des cartes et des boussoles, » estime le haut-commissaire François Bayrou.

À quoi sert un commissariat au Plan ?

Qui s’en souvient ? Créé en 1946 pour moderniser le pays, après la Seconde Guerre mondiale, car l’économie française est au plus bas. La priorité est de moderniser la France, en s’appuyant sur des plans quinquennaux, avec de vrais objectifs chiffrés. Le général de Gaulle confie la responsabilité de ce nouvel outil administratif à Jean Monnet, qui va mettre en place des commissions thématiques composées, de l’État, du patronat, d’experts et de représentants syndicaux.

La Convention citoyenne pour le climat et ses 149 propositions portée par 150 citoyens tirés au sort, pourrait être l’exemple à suivre pour les débuts d’un Bayrou qui jouerait les Monnet. Emmanuel Macron n’avait-il pas annoncé que nous étions en guerre face au virus ? Sommes-nous dans le temps de l’après-guerre ? Ou sommes-nous juste quelques mois avant des élections présidentielles, dans un plan communication bien orchestré, entre un haut-commissariat au plan ressuscité, et un Macron qui joue son va-tout avec la sécurité ? À observer donc avec attention, les prochaines commissions Bayrou…