Le premier Conseil Municipal « ordinaire » de la mandature se tenait ce jeudi à l’Hotel de Ville de Montpellier.

Comme on pouvait le craindre, le nouveau maire socialiste Michael Delafosse s’inscrit, sur la forme et sur le fond, dans la continuité de l’ancien maire ex. socialiste Philippe Saurel.

Mimant son prédécesseur, qu’il n’avait eu de cesse de critiquer jadis, nous avons vécu cette assemblée avec une impression de « déjà vu »: un Maire qui monopolise la parole à la tribune (la règle des 5 minutes maximum par intervention ne semblant pas s’appliquer pour lui…) ; un Maire qui méprise ses opposantes ; un Maire qui ne répond pas aux questions précises que nous lui avons posées sur la laïcité, le tarif social de la cantine, le cumul des indemnités, la 5G, etc.

Mais, il y a plus préoccupant pour notre ville et pour ses habitants : le manque d’ambition et de courage affiché par la nouvelle majorité, qui présentait son premier budget primitif.

Un budget « fait en 48h » nous dit-on à l’envi dans la majorité. Mais dans un contexte de crise sociale, de crise écologique, de crise économique il y avait urgence à agir. Or ce budget acte l’incapacité de cette majorité largement tenue par l’appareil socialiste local aux responsabilités dans cette ville depuis plus de 40 ans à porter le « renouveau nécessaire » pour faire face à ces crises.

Il nous appartient donc aujourd’hui et pour les 6 prochaines années de construire dans ce conseil municipal mais surtout en dehors les conditions d’une réelle alternative politique à Montpellier.

Nous Sommes Montpellier