Sur le thème de l’économie, l’équipe de Philippe Saurel souhaite donner « des perspectives et des orientations claires pour les habitants de la ville. » Le mercredi 17 juin en conférence de presse, a été évoquée “une gestion financière saine” bien défendue par Max Levita, en citant l’institut Montaigne, think tank indépendant, qui confirme cette vision des finances à Montpellier.

En introduction, le 1er adjoint a tenu à souligner l’élégance du maire sortant : « il [Philippe Saurel] n’a pas voulu que nous votions les budgets de l’année 2020 […] il a jugé plus élégant, plus courtois à l’égard des représentants de l’opposition, si jamais on était battus par malheur, ce sera a eux de le construire. » Puis, Max Levita ajoute dans un sourire « dans le climat actuel de la campagne, j’espère, Mr le Président, que vous regrettez d’avoir été aussi courtois avec ces sauvages. » 

Réaction de Philippe Saurel : « je ne regrette rien du tout, parce que ce n’est pas pour eux, c’est pour la démocratie […] il est plus logique que l’équipe qui sort des urnes, et qui est validée par le suffrage universel vote le budget, pour mettre en oeuvre son projet. Et ne pas être inféodé à un vote précédent, où peut-être les options sont différentes. »

Gérard Lannelongue, Max Levita, Chantal Marion, Philippe Nahoum, Véronique Pérez entouraient donc la tête de liste de “Montpellier la Citoyenne” pour parler futur et programme économique, avec un choix : le pouvoir d’achat des familles et l’emploi sont indissociables d’un soutien massif à l’économie locale, et d’une diminution de la fiscalité.

Programme économique : Max Levita serein

1,3 milliard d’euros seront injectés dans l’économie locale entre 2020 et 2022, grâce à la commande publique, et un plan d’investissement mis en place à l’échelle de la Ville, et de la Métropole.

Côté bilan, comme côté programme éco, Max Levita semble serein. « Le Stop Fiscalité » de 2014 a été respecté. Pas d’augmentation des taux d’imposition depuis 6 ans, et pour la suite : « une baisse de la fiscalité est prévue sur le prochain mandat. » Baisse certainement décalée de 24 mois, en fonction des effets de la crise sociale et économique, post-coronavirus.

Dans une situation compliquée explique aussi Max Levita : « nous avons décidé de verser une aide de 100€ par enfant pour les familles les plus modestes, c’est à dire celles qui perçoivent moins de 2.000€ par mois. » Philippe Saurel précisera : « c’est le barème CAF […] Ça représente 35.000 enfants et donc c’est 3,5M€ d’investissement, et c’est la raison pour laquelle, il faut une délibération du conseil municipal pour pouvoir l’accepter. »

Interview Max Levita, le programme économique de Montpellier la Citoyenne, et aussi : réactions et analyses sur le plan de relance de Mohed Altrad, et la gratuité des transports de Michaël Delafosse.

Après surdouée, Montpellier conquérante ?

Santé, agroécologie, numérique, culture, recherche, fonds d’urgence climatique, tourisme, l’éventail des possibles est large. Le projet  : « Montpellier, Industrie positive. » L’objectif : offrir des opportunités d’avenir aux entreprises locales, et créer de nouveaux emplois. 

Ambitions : pour 2020 à 2040, valoriser le “made in Montpellier” et renforcer ainsi la politique industrielle de la Métropole, en créant des liens entre les secteurs, et en favorisant l’offre d’implantation de projets économiques. « À Montpellier, on accompagne les créateurs : de l’idée, à l’introduction en Bourse », lancera le maire et président de la métropole.

« Le monde d’après, ce sont les villes qui le fabriquent »

Après avoir été la surdouée, Montpellier deviendrait-elle la conquérante ? Pour Philippe Saurel cela semble une logique implacable, mais surtout une obligation. Selon lui, les derniers évènements de cette crise sanitaire l’ont démontré : « le monde d’après, ce sont les villes qui le fabriquent. » La grandeur des villes est un outil puissance, face à l’impuissance idéologique des nations, une position défendue par le candidat du 28 juin prochain : « notre programme est fait dans ce sens-là. Le Manifeste de Montpellier, pour une ville écologique et humaniste, que j’ai présenté lors du sommet du climat à New York instaure cette espèce d’indépendance et de liberté. »

Interview Philippe Saurel, tête de liste de “Montpellier la Citoyenne” :

Agence de développement économique

Philippe Saurel souhaite une future agence de développement économique extérieure à la Métropole : « pour soustraire sa gouvernance aux enjeux politiques. C’est trop important, pour que seulement des humeurs, ou des dogmes infléchissent l’intérêt général du territoire. » 

Plus précis : « pour ne pas se tromper, il vaut mieux sortir une partie du développement économique de la sphère politique. Comme certaines Métropoles font pour l’urbanisme […] Je pense que la sagesse, c’est une agence économique extérieure à la métropole qui intègre tous les territoires voisins. »