Monsieur le Maire [de Jacou],

Nous vous demandons de refuser de mettre en danger la vie des enfants de Jacou, de leurs familles, des enseignants et des personnels de la commune.

Il serait irresponsable d’ouvrir nos écoles dès la semaine prochaine. Il reste trop d’interrogations et trop d’incertitudes pour ces lieux dont les exigences sanitaires strictes ne sont pas actuellement réunies.

Rien ne serait pire que de dire « on ouvre les écoles » pour être obligé de les refermer quinze jours après. Ce serait la catastrophe imminente sans les moyens de la conjurer. S’il y a le moindre problème, vous seriez responsable.

La situation est grave et inédite. Elle ne peut souffrir ni d’approximation, ni d’improvisation. 

Le conseil scientifique a proposé dans un avis daté du 20 avril dernier, de « maintenir les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités fermés jusqu’au mois de septembre ».

L’Ordre des Médecins s’oppose à la réouverture des écoles le 11 mai. 

Personne n’est dupe. Il s’agit de donner le primat aux intérêts économiques au détriment de la sécurité sanitaire. On fait rentrer les petits enfants d’abord afin que les parents retournent travailler. Alors que dans le même temps, on annonce que les collégiens, plus autonomes eux, seraient exemptés de cette rentrée.

Le protocole de plus de 60 pages, avec ses consignes draconiennes sont inapplicables et les enseignant.e.s de Jacou déclarent « qu’il ne peut être mis en place de manière stricte et permanente».

Mettons plutôt à profit le peu de temps qu’il reste d’ici septembre pour assurer une rentrée scolaire sérieuse, en revisitant au détail près les conditions d’accueil des élèves. L’aménagement des lieux ; les conditions d’hygiène; de restauration; le matériel pédagogique qui doivent être revus.

Certes, le combat contre ce coronavirus n’est facile pour personne et nécessite plus de solidarité. Cela passe par l’écoute et le respect des élus dans leur ensemble. Nous vous renouvelons donc notre demande de réunir un conseil municipal dans les plus brefs délais car la démocratie elle, ne doit pas être confinée.

Veuillez agréer Monsieur le Maire nos sincères salutations.

Juliette Hammel, Robert Trinquier, Bernard Dupin
Conseillers municipaux