À quoi sert de demander son avis sur le déconfinement dans les écoles au Conseil scientifique, si on n’en tient pas compte ?

Alors que ledit Conseil préconise une rentrée scolaire en septembre, le gouvernement décide que ce sera le 11 Mai.

Si, malgré son avis, la rentrée devait alors lieu en mai, le Conseil scientifique préconise que tous les personnels et tous les enfants (à l’exception des maternelles) portent un masque, qu’ils puissent se laver les mains, que les salles de cours soient plusieurs fois nettoyées par jour, que la distance d’un mètre entre chaque élève soit respectée.

Une fois encore, le gouvernement n’en tient pas compte : les enfants jusqu’au collège n’auront pas à porter de masques ; le respect de la distanciation d’un mètre dans une salle de classe avec 15 élèves est impossible. Comment nettoyer des salles occupées dans la journée ?

L’urgence du gouvernement n’est ni la santé ni la sécurité de tous mais la remise en route de l’économie. Son seul objectif : que les enfants de moins de 14 ans reprennent le chemin de l’école pour permettre aux salariés de reprendre le travail. Les professionnels de l’éducation s’inquiètent. Beaucoup de questions que nous avions posées restent toujours sans réponse.

En l’état, la réouverture des établissements scolaires constitue une mise en danger inacceptable de nos enfants et des personnels de l’Education Nationale. Il est donc impossible d’ouvrir les écoles le 11 Mai. C’est pourquoi la CGT Educ’action34 a fait parvenir un droit d’alerte de danger grave et imminent à Mme la Rectrice de l’Académie de Montpellier.

Valérie Gagner
Secrétaire départementale
CGT Educ’action34