Covid-19 : EELV demande la réouverture des marchés de plein air à Montpellier

Conférence de presse du groupe local d'EELV, lundi 27 janvier 2020

Dans un courrier adressé au préfet et au maire de Montpellier, le groupe local d’EELV demande la réouverture des marchés de plein air à Montpellier.

VOIR AUSSI : Covid-19 : La mairie de Montpellier instaure un couvre-feu entre 22h et 5h

Une semaine après leurs fermetures, les militants écologistes demandent le « maintien des marchés alimentaires en milieu ouvert », « soucieux de l’égalité d’accès à une alimentation saine et peu coûteuse pour tous les Montpelliérains, mais aussi de la fragilité des petits producteurs locaux et des commerçants indépendants ».

Pour le groupe montpelliérain, plusieurs arguments plaident en faveur du maintien de ces marchés.

Tout en soulignant que « leur tenue n’est pas incompatible avec le respect des règles de sécurité sanitaire en vigueur », les écologistes soulignent « qu’il est moins dangereux de se rendre dans un marché de plein air que dans une grande surface qui est un espace confiné ».

En pratique, les militants Europe écologie – Les Verts préconisent la mise en place de « dispositifs efficaces et pertinents » :

  • « Barrières, lignes de distanciation matérialisée
  • Mise en place d’une modulation de la fréquentation avec un comptage des clients
  • Agrandissement de la surface pour espacer les stands
  • Augmentation de la fréquence des marchés et de la plage horaire pour fluidifier la clientèle
  • Organisation d’une rotation des producteurs »

Pour Coralie Mantion et Manu Reynaud, « multiplier les lieux d’approvisionnement permet de désengorger tous les autres et donc d’éviter les regroupements de personnes et les longues files d’attente », en parallèle, les chefs de file écologistes considèrent « qu’il est contre-productif de fermer ces lieux d’approvisionnement qui constituent également des débouchés pour la production agricole locale et régionale ».

« Rien ne justifie leur fermeture. Tout plaide pour leur ré-ouverture à commencer par les conditions sanitaires. » Coralie Mantion et Manu Reynaud

Plus politiquement, les écologistes soulignent que cette interdiction produit une distorsion entre les grandes surfaces et les marchés, « déloyale vis-à-vis de notre agriculture locale, dont nous aurons intensément besoin dès la fin du confinement », « ces marchés des producteurs doivent être réouverts pour garantir la survie des paysans et le maintien des circuits courts d’approvisionnement ».