Coronavirus COVID-19 : Christophe Castaner précise les contours du confinement, « il suffit de rester chez soi »

Après l’entrée en vigueur du confinement général, Christophe Castaner a pris la parole, pour préciser les contours du confinement.

VOIR AUSSI : Coronavirus COVID-19 : Confinement, amendes et 100 000 policiers déployés

En pratique selon le ministre de l’Intérieur, « repas de famille, les dîners entre amis… tout ce qui peut paraître anodin en temps normal est interdit, ce n’est pas seulement déconseillé, c’est interdit ».« Chacun peut s’engager pour son pays, peut s’engager pour les autres et la règle est simple: il suffit de rester chez soi. »

Concrètement depuis ce midi, toutes les personnes qui circuleront devront être « en mesure de justifier leur déplacement« , au risque de se voir infliger une amende qui pourra aller jusqu’à 135 euros.

« Nous n’envisageons pas à ce stade de couvre-feu », selon la porte-parole du gouvernement

Selon Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, il n’est pas pour le moment envisagé « de couvre-feu, ce que nous souhaitons, à travers une présence policière et de gendarmes qui soient visibles c’est que nos concitoyens puissent prendre conscience qu’il y a quelque chose qui a changé véritablement dans la situation et qui nécessite pour eux un changement de comportement ».

Pour le moment, l’activation de l’article 16 de la Constitution, conférant des pouvoirs exceptionnels au chef de l’État, n’est « absolument pas envisagée » face à la crise du coronavirus.

Un second tour des élections municipales, en attente

Lors du premier tour des élections municipales qui a eu lieu le 15 mars 2020, l’élection a été acquise dans plus de 30 000 communes. Un second tour est nécessaire pour environ 5 000 communes. Dans le Gard, 47 communes sur 353 attendent un deuxième tour et 53 communes sur 342 dans l’Hérault.

Le ministre de l’intérieur a annoncé le 16 mars 2020 :

  • qu’un décret pris en conseil des ministres le 18 mars 2020 devrait abroger le décret de convocation des électeurs pour les élections municipales ;
  • qu’un projet de loi sera pris pour organiser le report du second tour des élections municipales à une date ultérieure, au plus tard au mois de juin.
    Dans ce projet de loi, il sera également prévu qu’un rapport du conseil scientifique créé pour la gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus statue, soit rendu dans le courant du mois de mai, sur la possibilité, sur le plan sanitaire, d’organiser les élections en juin.

En fonction de la date prévue du second tour, une nouvelle date sera fixée pour le dépôt des candidatures, la date limite n’étant plus le 17 mars 18 heures, comme prévu initialement.

Si l’on attend toujours, les contours du déplacement du second tour des élections municipales, il est d’ores et déjà possible pour les conseillers municipaux élus au premier tour des municipales, de se réunir, à titre dérogatoire des mesures de confinement, en fin de semaine pour élire leur maire. Le projet de loi précisera que les conseillers municipaux et les conseillers communautaires élus au premier tour devraient entrer en fonction immédiatement. Dans les communes où un second tour est nécessaire, le mandat des équipes en place seront prolongés autant que nécessaire.

Dans le monde, la pandémie a déjà fait plus de 7 000 morts et infecté 175 530 personnes. En France, on compte pour le moment 148 décès et 6 633 cas.