Dans le contexte exceptionnel, d’une crise sanitaire à l’échelle de la planète, les élections municipales ont été maintenues pour leur premier tour sur l’ensemble du territoire français. À Sète, le taux de participation a été de 47,80 %, en baisse de 23,57 points par rapport à 2014, où il était de 71,37 %

5 mars 2020. Avec comme données :

  • Inscrits : 33 171
  • Abstentions : 17 315
  • Votants : 15 856
  • Exprimés : 15 388

Après le dépouillement des 31 bureaux de vote, le résultat est le suivant : 

SÈTE : RÉSULTATS MUNICIPALES 2020 - 1er TOUR

FRANÇOIS COMMEINHES (LDVD) - Liste de rassemblement républicain. Sète comme au premier jour (5364 voix)
34.85%
VÉRONIQUE CALUEBA (LEXG)- Aternative sétoise (2961 voix)
19.24%
SÉBASTIEN DENAJA (LDVG) - Vivement Sète demain (2718 voix)
17.66%
SÉBASTIEN PACULL (LDVD) - Union des droites et des citoyens (2213 voix)
14.38%
RUDY LLANOS (LDVD) - Sète notre ville liste citoyenne et écologiste (1779 voix)
11.56%
WILLIAM NICOLAS (LDVC) - Sète une ville des vies (260 voix)
1.68%
DANIEL PILAUDEAU (LEXG) - Lutte ouvrière. Faire entendre le camp des travailleurs (93 voix)
0.6%

Réactions des candidats

Pour Véronique Calueba, arrivée en deuxième position au premier tour, « on est très satisfait, on a fait un beau score, on est très satisfait, on est deuxième derrière le maire sortant, on est très satisfait, l’ensemble des voix de Gauche nous donne beaucoup d’espoir », « on a toujours travaillé pour le rassemblement de la Gauche, le plus large possible », « nous continuerons à travailler dans le cadre du rassemblement ».

Interview de Véronique Calueba

Du côté de Charles Khoury, directeur de campagne de Rudy Llanos, le candidat et son équipe réfléchissent encore à leur positionnement pour le second tour, notamment concernant le maintien, car « il faut faire barrage au Maire sortant », « on attend les offres de ceux qui s’opposent au Maire », avec « des concessions sur le programme et des places dans la liste ».

Vers un report du second tour ?  

C’est une option qui est moins farfelue qu’il n’y paraît, depuis le passage au stade 3 et un premier tour sous l’ombre du coronavirus Covid-19. La question se pose, le second tour peut-il être reporté ?

VOIR AUSSI : Municipales : Carole Delga demande le report

Dès hier soir, l’hypothèse était « juridiquement » envisagée par Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’université de Lille, au regard du droit, « un tel report annulerait le premier tour ». « Il n’est pas possible de déconnecter les deux tours d’un même scrutin sans altérer sa sincérité ».

VOIR AUSSI : Coronavirus : fermeture de tous les lieux publics « non indispensables à la vie du pays »

Du point de vue strict du droit, l’article L-56 du code électoral prévoit qu’en « cas de deuxième tour de scrutin, il y est procédé le dimanche suivant le premier tour » et le décret n° 2019-928 du 4 septembre 2019, prévoit déjà, de son côté, la date du 22 mars 2020, pour le second tour. De son côté, l’article L-227 du code électoral prévoit que les conseillers municipaux sont élus pour 6 ans et « renouvelés intégralement au mois de mars ».

En pratique, seule une loi de dernière minute pourrait encore permettre de déplacer cette date, à moins que le Président de la République ne prenne un décret en Conseil des ministres, en raison des « circonstances exceptionnelles ». Un report qui n’invaliderait pas forcément pour autant, le premier tour, dans les communes ou l’un des candidats a obtenu 50% des suffrages plus une voix au premier tour.

À ce jour, la pandémie de coronavirus a fait plus de 6000 morts. Confinements de populations et fermetures de frontières se généralisent à travers le monde. L’Europe est l’épicentre, selon l’OMS, avec 1907 décès. Pour le Préfet de l’Hérault Jacques Witkowski, « il faut faire preuve d’un civisme collectif renforcé dès les prochains jours », en clair, le pire est à venir.