Nous venons d’apprendre qu’une nouvelle fois, l’association bien connue des montpelliérains active sur le terrain de la solidarité avec le peuple Palestinien, la campagne BDS France Montpellier, a été visée par une mesure de répression policière.

Mais cette fois ci, outre une nouvelle verbalisation, c’est l’ensemble du stand qui a été démonté et confisqué, tente et tables comprises, par quarante policiers et gendarmes.

Autant de moyens et d’énergie pour casser l’activité d’une association qui n’a jamais créé le moindre incident à Montpellier : il y a donc bien une volonté politique de bâillonner, ce que personne ne peut accepter.

Nous refusons que notre ville, qui a toujours été une terre de fort maillage associatif, de vie culturelle intense, soit le lieu d’un acharnement contre une association, quelle qu’elle soit.

Aussi, nous demandons à ce que toutes les sanctions soient levées, que le matériel soit restitué, et que la Mairie de Montpellier, sans l’accord de laquelle rien de tout cela ne serait possible, autorise à nouveau BDS France Montpellier à pouvoir tenir son stand.

Les libertés sont menacées, mais nous nous engageons pour qu’elles soient rétablies immédiatement.

Premiers signataires : UJFP34, NPA34, Ensemble ! 34, PCF34, PG34, POI34, Campagne BDS France Montpellier, Fédération Unie Libre Pensée 34, CCIPPP34, Gilets Jaunes Rond Point des Près d’Arènes (RPPA), MAN, APLR…

Muriel Ressiguier (Députée LFI), Nelly Lacince.

Annonce - Pub - Advertisement