Épaulé par Dominique Larpin, architecte en chef des monuments historiques et de nouveaux colistiers, Patrick Vignal, tête de liste de « Montpellier en capital », a annoncé, ce vendredi, son plan pour « métamorphoser la ville ». 

VOIR AUSSI : Montpellier : Patrick Vignal signe des conventions « pour développer la Ville »

Dominique Larpin préconise pour ce projet ambitieux d’urbanisme « de voir au-delà de la rue, au-delà du quartier » et de regarder à l’échelle de la métropole. Dans un premier temps finir l’achèvement du périphérique permettrait de « sortir 35% des véhicules » et dans un second temps un « réseau de bus maillé à haute fréquence » permettrait de « recoudre la ville ». L’idée est aussi de ramener « la campagne à la ville » et de mettre « celle-ci à l’ombre » avec la plantation d’arbres et de verdures adaptées à notre territoire et économiquement viables.

Et pour mieux voir au-dessus de la ville, rien de mieux que la construction de deux téléphériques reliant respectivement la Gare Saint Roch, Gare Sud de France et Pagézy, Gramont avec un arrêt à Polygone. Le coût des travaux de la « botte secrète » du candidat « serait, au kilomètre, inférieur à ceux du Tram ».

« On ne peut pas arrêter le développement de la ville », cela viendrait à « ne plus s’occuper de ses habitants ».

Pour Patrick Vignal, avec « 8000 logements à rénover » il ne s’agit plus à présent de « mettre des pansements » mais « d’entamer des travaux sur des territoires entiers ». Il soulève aussi la création d’emplois dans l’artisanat cette tâche engendrera.

Autre colistier, autre idée. Pour Patrick Ceccotti, Vice-Président de la CCI Hérault et ancien président de la Fédération Française du Bâtiment, il faut à présent procéder à la construction de « bâtiments évolutifs ». La multifonctionnalité de ces derniers permettrait lors d’évolution de transformer le bâtiment pour éviter son abandon.

Gérard Cabiron, chef d’entreprise et meilleur ouvrier de France aborde quant à lui la problématique d’approvisionnement des restaurants en centre-ville. Une solution avancée, le recyclage de l’ancienne poste Rondelet en « plateforme logistique » de laquelle partirait des véhicules électriques dédiés à la livraison et permettant une meilleure accessibilité des livraisons.

VOIR AUSSI : Montpellier : Des droïdes pour livrer colis et produits alimentaires frais

L’équipe a aussi des projets importants mêlant urbanisme et social, comme l’installation d’une friche « classée », classée monument historique, près du quartier de la Mosson. Elle comprendrait un « restaurant solidaire, des ateliers de formations et 13 hectares qui pourront être dédiés à des vergers où des jardins partagés ».