Pour Montpellier, « les Verts veulent vraiment s’occuper du tri des déchets ! »

#Montpellier EEVL Coralie Mantion et François Vasquez - 2020 Municipales

Déplorant que Philippe Saurel ait « totalement méprisé le sujet majeur qu’est Amétyst durant son mandat », François Vasquez s’est lancé cette après-midi dans une démonstration de tout ce qu’il fera pour le traitement des déchets, si sa cheffe de file, Coralie Mantion devient Maire de Montpellier le 22 mars prochain. 

« Philippe Saurel ne souhaite pas participer aux débats durant cette campagne. Je lui réponds ce midi que je ne demande surtout pas à Valérie Barthas de participer à un débat sur les déchets dans le mois de campagne qu’il reste, tant elle a fait preuve depuis des années de sa totale incompétence dans le domaine de la propreté », a vertement répondu François Vasquez à l’annonce du maire actuel, faite ce mercredi 19 février.

Dur de savoir quelle mouche avait piqué l’écologiste François Vasquez, lors du point presse organisé dans la permanence de sa tête de liste, Coralie Mantion, mais dès que le sujet du tri des déchets a été abordé, l’Héraultais est intarissable. 

François Vasquez en est sûr. « Le fonctionnement actuel d’Amétyst est une catastrophe écologique autant qu’économique ». À l’écouter, la raison en est simple : Philippe Saurel « a méprisé le sujet Amétyst depuis 6 longues années et a tout laissé faire ». La conséquence paraît évidente, aux yeux de François Vasquez : Philippe Saurel est « le seul responsable de la situation actuelle du site héraultais ».

Soucieux de sortir Montpellier de son « état qui ne cesse de se dégrader année après année », François Vasquez a annoncé 2 mesures fortes pour y remédier, sous l’oeil approbateur de son élégante tête de liste. 

Les Verts veulent instaurer une vraie redevance incitatrice pour trier

« Il est encore temps de nous sortir de tout ça », lance, confiant, François Vasquez. Sa méthode se résume en deux points clés.

« Sur trois ans, si nous sommes élus, nous instaurerons une redevance écologique incitative ». Celle-ci a pour but de faire payer ceux qui refusent de trier ainsi que ceux qui jettent beaucoup de déchets. Dans un premier temps, des agents feront de la pédagogie auprès des habitants de Montpellier, ainsi que des enseignants auprès des enfants dans les écoles de la ville. L’objectif est d’inciter le maximum de gens au tri, et donc, dès le plus jeune âge. « Il faut une année de pédagogie ? On n’est pas là pour punir. La deuxième année sera celle de la transition. On facturera à blanc, pour que les gens comprennent qu’il faut vraiment trier », détaille le militant écologiste.

La troisième année, le couperet tombe. « On sanctionnera ceux qui ne font aucun effort, ceux qui refusent de trier, ceux qui s’en foutent » tonne François Vasquez. Le colistier propose également de procéder à une « réduction progressive des déchets des ordures ménagères résiduelles (Déchets OMR) à hauteur de 40% dès 2023. Décidément très prolixe, François Vasquez annonce le déploiement dans toute la ville de « composteurs de déchets individuels ou parfois collectifs ». Une distribution que le militant s’est refusé de chiffrer en termes de composteurs distribués, comme en termes de coût. 

La méthode Mantion/Vasquez pourrait se résumer ainsi : « moins le citoyen jette, moins le citoyen paie. Mais moins je trie, plus je risque de payer une redevance élevée. Reste à savoir si les Montpelliérains accepteront de mettre en place entre 2020 et 2026 cette démarche verte.