Lundi 3 février est un jour particulier. Le tribunal de Bobigny en Seine-Saint-Denis s’est prononcé sur le cas : Clothilde Ollier face à EELV. Jean-Louis Roumégas tenait une conférence de presse sur la Comédie, et finalement une deuxième motion aura peut-être droit au chapitre lors de l’AG des verts encartés, de mardi 4, pour savoir s’il faut rejoindre #NousSommes.

Le juge se déclare incompétent 

Le tribunal a examiné le recours que l’ex-tête de liste EELV avait initié pour contester sa suspension par le bureau exécutif du parti, le 18 janvier dernier, et prudent : il a refusé de se prononcer au vu du caractère d’urgence que laisse supposer l’enjeu des élections municipales des 15 et 22 mars prochain. Le juge se déclare donc incompétent, renvoie l’affaire sur le fond, et ne se prononcera pas sur le cas Ollier, pour le moment.

Le politologue Jean-Yves Dormagen, actuel directeur de campagne de Clothilde Ollier souhaitait “faire respecter le vote des Montpelliérains à la primaire citoyenne.” Expression certes, excessive : les Montpelliérains sont 150 389 inscrits sur les listes électorales (chiffres des européennes 2019) et  282 143 habitants sur la commune (chiffres 2015). Les votants du Dôme à la primaire des écologistes en octobre dernier étaient 788.

La guerre du logo EELV

La “guerre du logo” EELV, Jean-Louis Roumégas n’y participera pas. Plus tôt dans la matinée, sur le coup de 12h30 devant l’opéra Comédie à Montpellier, Jean-Louis Roumégas tenait une conférence de presse. Objectif : s’imposer comme le candidat écologiste en dehors des polémiques

“L’écologie à Montpellier, dans un véritable naufrage”

Tête de liste “Écologie pour tous,” Jean-Louis Roumégas a fait part dans un courrier adressé au secrétaire national Julien Bayou, de son analyse. Face à un Groupe EELV de Montpellier mis sous tutelle par le bureau Régional du parti pour prévenir des “impartialités de procédures”, avec “des garanties sur l’organisation de l’AG” qui seraient inexistantes,  et devant “un seul scénario possible celui de Coralie Mantion tête de liste, sans vote”, le candidat explique “dans ces conditions, nous ne pouvons pas participer à l’AG du 4 février.” Ce “nous” entend l’équipe et les soutiens de sa liste “Écologie pour tous” qui comprend beaucoup de membres d’EELV. Une décision pour : “rester à l’écart des combines d’appareils et des coups bas qui sont en train de plonger l’écologie à Montpellier, dans un véritable naufrage.

Jean-Louis Roumégas poursuit “sa campagne citoyenne”, interview :

Motion numéro deux pour le 4 ?

Une deuxième motion aura peut-être droit au chapitre lors de l’AG des verts encartés, le mardi 4 février à Montpellier. Il s’agit de savoir s’il faut rejoindre #NousSommes. D’après une source qui participera à cette AG : “cette motion n’est pas encore stabilisée, mais le débat aura lieu…” Selon toute vraisemblance, la seule motion proposée sera celle qui permettrait à Coralie Mantion, de devenir tête de liste EELV pour les prochaines municipales, de la 7e Ville de France.