Montpellier : « Comme dans les bons films » 100 000 exemplaires pour le compte-rendu de mandat, de Philippe Saurel

Compte rendu de mandat 2014-2020 pour l’équipe de Philippe Saurel

« Exceptionnel et unique », c’est Max Lévita, premier adjoint qui le dit, en faisant ce compte-rendu de mandat 2014-2020 pour l’équipe de Philippe Saurel, actuellement en centre de rééducation, à la suite d’une opération du genou.

Montpellier, mercredi 15 janvier : le Dôme, lieu emblématique, et rendez-vous des candidats qui font campagne. Avec ce choix, Max Levita et « Montpellier c’est vous, » la liste citoyenne, divers gauches et écologiste menée en 2014 par Philippe Saurel, à l’époque dissident socialiste, donne le sentiment de se préparer à nouveau pour le scrutin de mars prochain. Même si le 1er adjoint explique : « pour nous il s’agit d’une démarche de transparence démocratique qui correspond au contrat que nous avons proposé aux Montpelliérains, contrat qu’ils ont accepté puisqu’ils nous ont élus. »

6 ans déjà. 100 000 exemplaires d’un dépliant en accordéon seront distribués pour expliquer, faire une sorte “de bilan”, et donner un compte rendu de mandat, à partir des 15 engagements proposés à l’époque. Un dépliant qui aime les chiffres : 2000 jours d’une équipe investie au quotidien, 56 conseils municipaux, plus de 3000 affaires soumises au vote des élus, dont 88% approuvées à l’unanimité, 448 réunions avec les syndicats et plus de 5600 heures consacrées au dialogue social, 6,5 milliards d’euros de budget investissement et fonctionnement, et enfin 320 réunions publiques tenues par Philippe Saurel, et son équipe durant ces 6 années.

« Nous sommes assez fiers de ce compte rendu »

Une équipe qui semble vivre une époque formidable. Comme l’affirme Max Levita à propos des 15 engagements de « Montpellier c’est vous » : « ces mesures ont toutes été respectées, elles ont même été accompagnées d’opérations qui n’étaient pas prévues, et qui ont été réalisées… » Et : « nous sommes assez fiers de ce compte rendu », a insisté le premier adjoint, en égrenant sans relâche, et avec quelques digressions humoristiques la description d’une mission selon lui accomplie : pas d’augmentation des taux de fiscalité, une progression de l’emploi avec une économie renforcée, la création de la régie publique de l’eau et -10% sur son tarif, 50 policiers recrutés et plus de sécurité, 952 caméras de surveillance, un parc Montcalm préservé, 1 euro un tramway pour tous, 90 millions d’euros pour le budget éducation avec la gratuité des activités périscolaires, un territoire numérique connecté à 98%, la propreté avec une brigade le lutte aux incivilités en autres, un centre de ville réparé, 230 rues rénovées et plus encore, la mise en place d’une délégation pour lutter contre les discriminations, 90% des lieux de culture gratuits, environnement zéro phyto sur les espaces verts et permis de végétaliser, dans la foulée l’urbanisme durable SCOT voté avec ⅔ d’espace naturel et agricole préservés, le Manifeste de Montpellier, et les 17 objectifs de développement durable de l’ONU, le sport en libre accès dans les quartiers de la ville, une sacrée liste avec des plus comme le MOCO, et autres “détails” d’importance à retrouver dans le dépliant rose, vert et orange. Sans compter la liste des différents prix reçus par la 7e ville de France. 

Et l’on ne parle pas de l’urgence climatique, c’est pour la suite avec un fonds doté de 15M€ qui devrait fonctionner en 2020. Budget non voté, une attitude souhaitée par Philippe Saurel qui a jugé qu’une équipe sortante ne devait pas s’engager sur le budget de l’année des élections.

« Comme dans les bons films »

« S’il y a une suite, c’est comme dans les bons films. Le film est tellement bon, qu’on juge utile de faire une suite à ce film » dira aussi Max Levita. Qui confirme que Philippe Saurel prendra sa décision, quant à la possibilité d’y jouer le premier rôle, début février.

Question sur cette candidature que l’on ne pouvait pas zapper, tant le sentiment de voir une équipe en campagne, sans sa tête de liste pouvait sembler évidente :

(Remerciements à La Gazette de Montpellier, pour la captation en direct de la question que nous avons posé à Max Levita)

Un bilan exceptionnel de déclassement, de retard, de bugs et de couacs ?

Ce “bilan” de fin de mandat, qui ressemble quelque peu à un début de campagne, n’est pas passé inaperçu auprès de Julie Frêche, Présidente du groupe « La Gauche pour Montpellier ».

Pour la Conseillère municipale de Montpellier et conseillère de Montpellier Méditerranée Métropole, « certes, les impôts n’ont pas augmenté pendant 6 ans, ce qui doit être maintenu lors du prochain mandat, mais leur niveau devrait permettre d’assurer un service de qualité aux Montpelliérains, il n’en est rien : Montpellier est sale […] Montpellier n’est plus sure […] Montpellier est isolée […] Montpellier a perdu le sens du dialogue social […] Montpellier est en retard […]  Montpellier n’a plus de cap ni d’ambition ! […] Les Montpelliérains seront juges. »

Une équipe qui fait quelques envieux ?

Dans un communiqué, Olaf Rokvam se met à la technique du coucou et propose à Lorraine Acquier, adjointe au maire de Montpellier de rejoindre son équipe. 

Pour le Candidat aux élections municipales de Montpellier sous les couleurs du Rassemblement national, à « deux mois du premier tour des élections, il est encore temps de faire preuve de lucidité ». 

Dans un appel du pied, dont on ne sait s’il est moqueur ou admiratif, le candidat lance une bouteille à la mer: « Lorraine, au nom des valeurs que vous avez défendues en vous engageant dans la manif pour tous, votre place est parmi nous, à mes côtés, sur la seule liste pour le Rassemblement des Montpelliérains. Pendant toutes ces années, vous avez su prouver votre amour pour La République et faire valoir votre autorité naturelle. Le retrait de votre délégation à la sécurité correspond à une phase noire du maire de Montpellier. Ne soyez pas associée au déclin, au triomphe des punks à chiens, aux parcs et jardins jonchés de seringues. Lorraine, il est encore temps. Venez avec nous faire barrage à l’extrême gauche de Clothilde Ollier. »