Mis à jour, sam. 11 janv. à 17h50

Les journées de mobilisation contre la réforme des retraites s’enchaînent et ne se ressemblent pas.

VOIR AUSSI : Hérault : Jusqu’à 28 000 manifestants, pour une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Pour les organisations syndicales, il s’agissait, aujourd’hui, de mobiliser contre le projet du Gouvernement et pour l’amélioration du système de retraite par répartition et solidaire.

Rester mobilisés, en semaine et aussi le week-end

Comme l’explique Gilbert Fouilhé, secrétaire FO UD34, « c’est important de rester mobilisés et de rester mobilisé, en restant unis, c’est-à-dire l’ensemble des organisations syndicales, là aujourd’hui, bon bien sûr, sur la même banderole, il y a la FSU, il y a Solidaires, il y a la CGT et il y a Force ouvrière, mais c’est important que toutes les organisations syndicales soient là, parce qu’il y a la CFE-CGC, qui est aussi dans le cortège et la CFDT ».

La manifestation, partie des Halles Layssac, a réuni au moins, 3000 manifestants, selon la Préfecture.

Une manifestation bousculée par des agitateurs

Des agitateurs, principalement en noir, ont essayé, en vain, de prendre la tête du cortège, une fois celui-ci arrivé sur l’Esplanade, en provoquant des dégâts matériels et jetant des projectiles sur les forces de l’ordre.

Le cortège syndical arrêté, une deuxième manifestation, sauvage, en noir et jaune, commence alors, provoquant quelques affrontements dans les rues de Montpellier.

Une prochaine manifestation est déjà prévue à Montpellier, mardi 14 janvier, à 10h30, au départ de la place Zeus.

Hier, les enseignant ont décidé de « faire ruisseler les profits ».

Vendredi, les enseignants grévistes du secteur Paillade/Mosson se sont rendus à Sanofi pour y « faire ruisseler les profits ».

Alors que le gouvernement semble « peiner » à trouver des sources de financement pour les retraites, les enseignants grévistes ont décidé de mettre à contribution, Sanofi, n°2 du CAC40, et ses 4 milliards de profits en 2018.

Sur place, les salariés de l’entreprise mobilisés contre la réforme des retraites ont remis aux manifestants, « une valise pleine de billets « sanofric »représentant les montants que le groupe doit aux Français : équivalent du CICE, du CIR, d’exonérations diverses et du surcoût des médicaments. » Une valise remise symboliquement au conseil général « pour que les représentants de l’Etat fassent remonter cet argent au gouvernement ».