Mis à jour, ven. 10 janv. à 20h05

36e jour de mobilisation contre la réforme du système de retraites. L’intersyndicale CGT FO Solidaires CFE CGC FSU réclame tout simplement le retrait du projet, après plus d’un mois de mobilisation avec déjà trois journées d’actions interprofessionnelles, les 5, 10 et 17 décembre.

Côté Édouard Philippe, un compromis semble possible ou en cours sur la question de l’âge pivot, en dessous duquel il ne sera pas possible de partir avec une retraite à taux plein. C’est toujours le point de rupture pour la CFDT. Le syndicat était pourtant favorable à un système universel de retraite par points. Laurent Berger son secrétaire général, a exprimé sur France info mercredi, qu’un accord était encore « loin d’être trouvé ». Il a demandé au gouvernement « qu’on y arrive le plus vite possible. » Point de blocage aussi pour Geoffroy Roux de Bézieux, patron du Medef, qui a affirmé à sa façon que la solution pour garantir l’équilibre du système doit passer « de toute façon par une mesure d’âge ».

Une conférence de financement du système de retraite

Une conférence de financement du système de retraite proposée par Laurent Berger, acceptée par Édouard Philippe le Premier ministre aura lieu cette fin de semaine vendredi. Question à Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT : pourquoi faire selon vous cette conférence, et que peut-on en attendre ?

Même si quelques dissensions se sont fait sentir, entre certains Gilets Jaunes qui ont souhaité prendre la tête du cortège, et qui auraient aimé voir les syndicats les rejoindre devant la préfecture, la manifestation s’est correctement déroulée. Juste quelques accrochages au niveau du Peyrou, les uns huant les autres.

Des aide-soignants condamnés à perpétuité, séquence humour avec « un Macron » qui les mène à la baguette, mais discours et témoignage qui interpellent. Interview de Fabien qui travaille au CHU de Montpellier :

28 000 manifestants dans l’Hérault selon la CGT

Le cortège a terminé sa démonstration de force devant le Corum, par une prise de parole dans un département qui a connu dans la matinée de belles mobilisations à Sète et à Béziers, avec respectivement 2000 et 11 000 manifestants, et pour Montpellier 15 000 selon la CGT. « Nous devons être fiers de ce que nous réalisons tous ensemble aujourd’hui […] Pas de retrait, pas de trêve, pas de paix sociale. La lutte et la grève continuent ! » Des rendez-vous sont déjà donnés samedi, partout dans le département.

L’UD 34 CGT appelle « les femmes à être encore plus nombreuses à manifester le 11 janvier pour dire non à cette réforme très régressive et imposer l’égalité au travail, à la retraite et dans la vie. »

De leur côté, les organisations syndicales de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche appellent aussi à une manifestation, demain, vendredi 10 janvier à 18h00 (départ Peyrou), ainsi qu’aux manifestations interprofessionnelles de samedi, à Montpellier à 14h00 (départ Halles Layssac), à Béziers à 10h30, Sète et Bédarieux à 10h. Une AG inter-degré aura aussi lieu vendredi 18h00 à la Carmagnole à Montpellier.