muRum, ce « mur » latin de Montpellier, tout à la fois concept, état d’esprit, vision inspirante et lieu d’exception accueille, samedi 11 janvier 2020, une lecture théâtralisée et une performance picturale autour du texte de Pierre Terzian « Il paraît que nous sommes en guerre ».

Au-delà d’une simple lecture, ce texte qui n’est, ni vers, ni prose, ni confession, ni récit, ni texte frontalement politique, mais tout cela à la fois, offre un cri, un manifeste, un essai, avec un texte télégraphié, écrit dans l’urgence, daté du 1er décembre 2015, peu après les attentats du 13 novembre 2015. Avec une ponctuation simple et dérangeante : Une ligne, un point ; retour à la ligne.

« Il paraît que nous sommes en guerre » est un texte court de 40 pages, qui parle tout à la fois d’injustice, d’incompréhension, autour d’un « je » qui questionne, le « nous ».

Tout, ou presque, avait été dit sur cette tragédie. Jusqu’à la découverte en août 2019, du livre de Pierre Terzian, «  »Il paraît que nous sommes en guerre »qui met en exergue tous ces sentiments enfouis, classés presque rangés, dans les tréfonds de notre mémoire.

L’ancien atelier de mécanique automobile du quartier des Beaux-Arts de Montpellier, aujourd’hui entièrement dédié à l’émergence de talents, à la création artistique et à sa promotion se prépare à offrir, en ce début d’année, un électrochoc aux Montpelliérains.

« Il paraît que nous sommes en guerre » est proposée en lecture théâtralisée, par Jean-Pierre Roesel de Oro, Cie Les Valentins, et mis en rythme et en musique, soutenu par l’intervention graphique de l’artiste Pavan.

Infos pratiques : Samedi 11 janvier 2020 à 20h, « Il paraît que nous sommes en guerre », muRum, 5 rue d’Aubeterre à Montpellier – Réservations : www.murum.fr
10€ / 8€ (tarif adhérent)