Illustration manifestation Gilets Jaunes et Syndicats
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

14 militants de l’éducation nationale investis dans le combat actuel pour faire reculer le gouvernement ont discuté durant deux heures de la situation, des blocages internes et des moyens à mettre en œuvre pour gagner. 

Une discussion traverse nos collègues et les organisations syndicales : comment aider pour réussir à faire basculer la situation pour obtenir le retrait du projet de réforme ?

Nous soumettons à la discussion ces quelques éléments :

  • Le gouvernement apparaît pour ce qu’il est : au service des compagnies d’assurance derrière les-quelles ont retrouve les sociétés d’investissements et les fonds de pensions. La découverte des liens entre Delevoye, artisan de la réforme, et les milieux d’affaires met à nu cette réalité. Ce gouvernement est rejeté par la population, les gilets jaunes et les travailleurs, il est tenu à bout de bras par la finance, les médias et ceux qui lient leur sort à l’application des contre-réformes, politiciens de gauche comme de droite, et ce qu’il reste des formations traditionnelles.
  • Si la grande majorité des militants a tiré les leçons des « journées d’action » à répétition de ces dernières années, les dirigeants impulsent maintenant la même chose sous le vocable « temps forts », qui du coup font suite aux « temps faibles ». Les présents en ont fait le constat : si on y allait en reconductible, le gouvernement pourrait céder. Au sommet, tout a été fait pour réduire le 5 décembre à une simple journée d’action, et même ceux qui, au sommet, appellent à reconduire sur le papier n’organisent rien concrètement.
  • Cette politique des « temps forts» s’oppose directement au mouvement d’en bas, en particulier à la grève reconductible des cheminots et des personnels RATP, mais également des travailleurs de la chimie qui bloquent 4 raffineries sur 8… A Marseille, au Havre et à la Rochelle, les dockers ont totalement bloqué le trafic le 12 décembre.
  • Dans l’éducation nationale, partout, des militants cherchent à réunir les Assemblées Générales pour décider et discuter, tout en poussant à ce que les responsables syndicaux fassent leur boulot, aident à l’organisation.

La question de réunir nos collègues avec l’aide des syndicats se heurte partout à des manœuvres, des fausses généralisations, des « calendriers d’actions diverses », bref tout sauf les AGs en direction des collègues pour organiser concrètement la grève. Malgré cette politique des temps forts/ temps faibles, la grève de mardi 17 décembre s’annonce puissante.

Une question se pose donc : quelle suite va-t-on donner à ce 17 décembre ? Un nouveau calendrier de temps forts ou les AGs pour discuter de l’organisation de la grève reconductible, en aidant à ce que nos collègues se ressaisissent des organisations ? Nous livrons ces quelques lignes à la réflexion des travailleurs et des syndicalistes de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et plus généralement à tous ceux qui veulent faire basculer le rapport de force pour emporter la victoire.

Contribution CLRR enseignants Montpellier

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Montpellier EPSEDANSE ©CDS

[VIDEO] Comment tenir une prestigieuse école de danse, en pleine pandémie mondiale ?

En 2020, tout le monde a parlé de la Culture. Tout le monde a donné son avis. Tout le monde a déploré que ce secteur soit clairement le grand oublié...

Pierre Soujol, émission Le Rendez-Vous ©JPV

Le Rendez-Vous avec Pierre Soujol : « Il faut construire ensemble un projet de territoire »

[VIDÉO] Un entretien sans filtre avec Pierre Soujol, Maire de Lunel et Président de la Communauté de communes du Pays de Lunel (CCPL). Une analyse de sa campagne victorieuse des...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS

Soutenez Le Mouvement

Montpellier manif 3juin2020

Faire sens, bousculer les repères, et ouvrir des perspectives : tel est le contrat que Le Mouvement, média, libre et indépendant, passe avec chacun de ses lecteurs.