L'Occitanie, c'est aussi la Région du fromage

[VIDEO & ITW] Le mouvement #DécidonsCastelnau présentait, ce lundi sa méthode pour les municipales de 2020, et pour impulser une nouvelle dynamique dans la deuxième ville de la métropole, afin de la rendre à ses habitants.

Castelnau-le-Lez, une envie claire et prioritaire : « faire une ville écologique et solidaire, où il fait bon vivre ». Cinq représentants et porte-paroles : Carine Barbier, Mathilde Borne, Richard Corvaisier, Fabien Lenoir, et Fanny Meeschaert organisaient une conférence de presse place Charles de Gaulle, lieu emblématique de l’entrée de la ville. Noeuds d’embouteillages, nouvelles constructions massives, pistes cyclables avortées, c’est le début de la coulée de béton qui court le long de la 113 jusqu’au Crès. Entre trams et trains, de l’immobilier qui offre plutôt de l’inconfort, et qui pourrait rester comme le marqueur de la déraison d’une politique sans concertation. Une gestion d’un autre temps que le temps devrait éclaircir, pour en comprendre les enjeux personnels ou collectifs. Mais #DécidonsCastelnau ne souhaite pas attendre ni laisser proliférer ce type de développement. Et à leur façon, ils voient grand pour Castelnau-le-Lez, avec l’ambition de construire un vrai projet métropolitain social et écologique. « Il est important et vital pour nous de se préoccuper de ces questions-là, et de mener une urbanisation intelligente… » précise Richard Corvaisier, porte-parole de #DécidonsCastelnau.

Maire depuis le 5 mars de l’année 1983, Jean-Pierre Grand avait rendu son écharpe en septembre 2017, laissant Frédéric Lafforgue « hériter » de cette fonction. Un homme qui avait été adjoint délégué à l’action économique, aux affaires scolaires, au développement durable, aux travaux communaux, et à l’urbanisme. Jean-Pierre Grand, encore LR à l’époque, s’était vu obligé d’abandonner son mandat de maire pour respecter la loi de non-cumul des mandats, étant devenu Sénateur en 2014. Année 2020, ce sera la première fois, pour Frédéric Lafforgue que la campagne se fera sur son nom, avec en arrière garde un maire honoraire encore bien présent, et qui étonnamment, fait campagne sur Montpellier.

Aujourd’hui après 34 années de mandats de Jean-Pierre Grand et deux de Frédéric Lafforgue , le collectif #DécidonsCastelnau dont l’ADN est proche de #NousSommes entend : « mettre en œuvre une vraie démocratie participative […] mettre fin à la logique du Tout béton et préserver les zones agricoles de notre ville […] favoriser l’accès au logement pour les personnes en difficulté et faire reculer les inégalités sociales […] développer les lieux de rencontre, favoriser les échanges interculturels et intergénérationnels, soutenir les associations, l’économie locale et donner de la vie à nos quartiers. »

ITW de Richard Corvaisier porte-parole de #DécidonsCastelnau :

Une envie de changement

Même tonalité du côté de Dominique Ruiz-Nurit qui se lance dans ces Municipales 2020 avec son mouvement « Casteln’auvert » et qui souhaite enfin « éveiller les consciences. » Une conseillère municipale d’opposition à Castelnau-le-Lez, depuis 2009 qui devrait normalement bien connaître les dossiers, et qui affirme : « qu’il n’est plus possible de faire comme avant, » dans un interview paru dans le Midi Libre, en ce début de mois de décembre.

« Notre  volonté, c’est vraiment de créer une liste citoyenne, » explique Mathilde Borne porte-parole du collectif #DécidonsCastelnau et qui appelle ainsi tous les habitants qui partagent une envie de changement à les rejoindre pour « construire le programme, et la liste des candidats […] pour garantir un lien permanent avec tous les habitants, et mettre en place un conseil municipal plus ouvert. »