L'Occitanie, c'est aussi la Région du fromage

Politique du clitoris est un ouvrage écrit par Delphine Gardey et publié le 2 octobre dernier, aux éditions Textuel. 

Il s’agit là, d’une encyclopédie critique, de 192 pages, sur cette partie du corps féminin tant méconnue des hommes, mais aussi incomprise des femmes.

« À une époque ou la vie érotique des femmes est un continent largement inconnu et tabou, la vie sexuelle, le plaisir et l’orgasme s’écrivent essentiellement au masculin »
[Extrait du live]

Cet organe, jusqu’alors longtemps dénié ou réprimé, s’impose aujourd’hui dans l’espace public et politique, autant que dans le champ scientifique et médical. L’objectif du livre ? Retracer son histoire et son évolution au fil du temps pour le comprendre, pour découvrir toutes les inégalités pesant sur lui depuis des générations et générations.

L’auteure se pose de nombreuses questions au sujet du clitoris : Comment et pourquoi  mesurer, disséquer, coudre, circoncire, exciser, réparer ou standardiser le clitoris ? Quel clitoris pour quelle sexualité, mais aussi quelle politique ? Afin de comprendre les clitoris d’hier et ceux d’aujourd’hui, ceux d’Occident ou ceux d’Orient, ceux hétéros ou ceux lesbiens, Delphine Gardey explore la façon dont les savoirs et les pratiques médicales façonnent et définissent l’expérience intime des femmes : un véritable enjeu de lutte individuelle et collective.

« Aspect mal connu des pratiques médicales occidentales, la clitoridectomie a été pratiquée en Occident jusqu’à l’époque contemporaine – au nom de la lutte contre l’onanisme, la nymphomanie, l’hystérie et d’autres troubles psychiques et sexuels plus ou moins répertoriés. Ces gestes passent par la cautérisation, la section ou l’écrasement de l’organe. […] « Il est en effet une tradition qui participe en Occident, d’une culture matérielle de mutilation du sexe et du plaisir féminin »
[Extrait du live]

Les trois thématiques abordées par le livre

« Politique du clitoris » aborde trois thématiques. La première se centre principalement sur la place de cet organe féminin dans l’Occident d’antan, lorsque la clitoridectomie était un traitement contre l’hystérie ou l’épilepsie et lorsque Sigmund Freud affirmait que la petite fille se sentait naturellement désavantagée à l’idée de ne pas avoir de pénis. Cette discrimination et cette totale incompréhension sont également retranscrites dans la seconde thématique. L’écrivaine y explique la vision du clitoris en territoire orientaux où le colonialisme n’a fait qu’empirer la situation des femmes africaines et où la circoncision féminine est au cœur des mœurs.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Cette ultime partie évoque la place du clitoris dans notre société post-moderne. Après avoir étudié l’organe en profondeur, la science a enfin réalisé que les images standard présentées dans les livres d’anatomie étaient loin de la réalité. Des questions d’actualité tendent aussi à être posées, notamment la nomination des parties sexuelles (seins, vagins, pénis) qui réduit le corps érogène à ces parties. Le corps érogène n’est pas pris dans sa totalité.

Zoom sur l’écrivaine Delphine Gardey 

Delphine Gardey est une historienne et sociologue, professeure à l’Université de Genève à L’institut des Études Genre. Elle est l’auteure d’autres ouvrages comme « Les sciences du désir » (2018), « La sexualité féminine de la psychanalyse aux neurosciences » (2018) ou encore « Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique » (2015). Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la construction des sciences et des techniques, sur les théories féministes et la place des femmes dans l’histoire de nos sociétés en général.