[VIDEO] Les organisations syndicales de l’Hérault (CGT, FO, FSU et Solidaires) tenaient, ce mardi, une conférence de presse pour présenter les différentes actions qui vont être organisées avant le 5 et lors de la journée du 5 décembre dans le département de l’Hérault. 

VOIR AUSSI : [VIDEO] 5 décembre, pour Philippe Martinez : « ils ont encore les moyens d’arrêter la grève »

La journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle nationale du 5 décembre 2019 devrait être largement suivie dans tout le pays, et particulièrement à Montpellier. La CGT, FO, FSU, Solidaires, ainsi que les organisations d’étudiants et de lycéens Unef, UNL, MNL et FIDL soutiennent déjà le mouvement.

« Il reste plus que Berger pour sauver le soldat Macron. »Serge Ragazzacci

Avec cette conférence intersyndicale, en présence de Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT UD34, Gilbert Fouilhes, secrétaire général UDFO 34, Stéphane Audebeau de FSU 34 et Denis Orcel de Solidaires 34, les syndicats souhaitaient réaffirmer que « plus le gouvernement s’explique, plus les gens ont des craintes sur les retraites, la seule chose, que tout le monde a bien compris, c’est qu’il va falloir travailler beaucoup plus longtemps pour gagner beaucoup moins, qui peut être d’accord avec ça ? »

Promesse de campagne du Président de la République, le projet de réforme des retraites devrait, d’ici 2025, remplacer les 42 régimes existants par un système universel à points. Les discussions avec les partenaires sociaux devraient se poursuivre jusqu’en décembre 2019. Selon le calendrier actuel, la loi devrait être votée, après les élections municipales, à l’été 2020, au plus tôt.

Dès le 3 décembre, avec la visite, presque annoncée, d’Emmanuel Macron, les syndicats prévoient un premier « tour de chauffe » avant la journée de mobilisation du 5 décembre, avec un rassemblement dès midi, devant l’Opéra Comédie.

Interview de Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT UD34, à propos de la mobilisation du 5 décembre dans l’Hérault : « on représente la majorité des organisations syndicales, dans le pays »

Le rendez-vous était aussi donné devant le siège de la Métropole, « pour manifester aussi notre incompréhension de ne pas avoir reçu de réponses de la part du Maire de Montpellier concernant la possibilité d’avoir à notre disposition une salle en vue d’organiser ce même jour un grand meeting public intersyndical sur le projet de réforme des retraites, meeting que nous avons dû annuler. »

Pour Philippe Saurel, la critique ne tient pas.

Comme, nous l’expliquait, en aparté de la conférence de présentation du parcours Soulages, le maire de Montpellier et président de la Métropole, « sur les salles, j’ai signé un arrêté, et nous avons pris une délibération en Conseil municipal pour les Maisons pour Tous, qui va dans le même sens, et dès 2014 : c’est de ne pas louer de salle pour les réunions politiques, c’est pourquoi, les salles municipales sont avant tout consacrées aux citoyens et aux associations »,  « on peut louer des salles partout, on n’est pas obligé de les louer à la Mairie », « si je prends le truc contraire, ça veut dire qu’il faut que je loue des salles au Front national, c’est un parti, comme les autres, je ne veux pas rentrer dans ces polémiques-là et j’ai dit non, à tout le monde ».

Une situation qui devrait changer, selon Philippe Saurel, en début d’année 2020, « en période électorale, quand la campagne sera ouverte, chaque candidat, aura droit, avant le premier tour et avant le deuxième tour, à une salle municipale gratuite », « nous l’avons voté en conseil municipal, et c’est la moindre des choses, pour l’exercice de la démocratie, mais qu’on ne me demande pas de me transformer en loueur de salles pour partis politiques, je le refuse philosophiquement ».