Vendredi 8 novembre, Yannick Jadot, député européen écologiste était présent à Montpellier pour soutenir la campagne de Clothilde Ollier, tête de liste du “rassemblement pour l’écologie à Montpellier”.

Avec Agnès Langevine, vice-présidente de la région Occitanie, un programme de visites de plusieurs entreprises sur les thématiques de l’innovation dans les domaines des énergies renouvelables, de la rénovation énergétique des bâtiments, et des déchets. Une posture qui sort de l’écologie militante, pour entrer dans celle de l’écologie de gouvernance et : « pour mettre en œuvre l’écologie des solutions pour l’écologie en grand », selon Clothilde Ollier.

S’engager, agir, partager

C’est la devise du cluster Cemater de Montpellier qui regroupe les entreprises des énergies renouvelables et de l’écoconstruction, bref des entreprises à énergies positives. Avec ce genre d’échanges et de visites, au-delà du vouloir « rassembler large », confié à Libération, la ligne directrice impulsée par Yannick Jadot pour ces Municipales, serait de rassurer sur une écologie qui crée croissance et emplois, tout en retrouvant la maîtrise du développement des villes. L’autre challenge : assurer une politique solidaire, pour que puisse vivre la justice sociale. Élément de langage du jour : « maîtriser sa vie et sa ville. » Puis direction, entre autres, à l’Institut national de la recherche agronomique de Montpellier pour une rencontre avec la directrice de recherche Ingénierie des Agropolymères et Technologies émergentes. Nathalie Gontard, dont l’objectif a été de développer une matière alternative au plastique, totalement biodégradable. Une visite sur le territoire qui confirme le mois de mars 2020, comme une étape électorale importante pour les écologistes.

Annonce - Pub - Advertisement

« Le seul projet bienveillant de civilisation »

2022 arrive à grande vitesse, et le député européen fait la tournée des villes à fort potentiel écolo, à quelques mois des Municipales. “Être présidentiable”, c’est une condition qui se forge sur le terrain en montrant sa capacité d’ouverture, tout en conservant uni son propre camp. Gagner les grandes villes, conserver Grenoble avec Éric Piolle, des objectifs politiques importants, avant les présidentielles. Et qui dit grandes villes, dit métropoles : l’autre outil indispensable pour appliquer : « le seul projet bienveillant de civilisation » explique Yannick Jadot en parlant de l’écologie.

À Montpellier, EELV serait au coude à coude avec Philippe Saurel le maire sortant, dans un sondage paru avant le résultat des primaires : 22% et 24 % des intentions de vote en septembre 2019 sondage réalisé par BVA pour La Tribune et Public Sénat. L’incarnation des verts avec Clothilde Ollier doit encore faire ses preuves, pour conforter cette position.

Montpellier et ses deux gares

Montpellier et ses deux gares, c’est le feuilleton local. En fin de visite, Yannick Jadot se retrouve avec les militantes et militants écologistes devant la gare de Montpellier Saint-Roch pour exiger qu’aucun train ne soit déplacé vers la gare Sud de France. Il renforce ainsi la position déjà affichée de Clothilde Ollier sur ce sujet, qui profite de l’instant pour confirmer qu’en cas d’élection, en tant que maire : elle prendra rendez-vous avec Jean-Pierre Farandou nouveau patron de la SNCF.

Montpellier et ses deux candidats verts

Culture politique américaine, les primaires en France semblent toujours un événement douloureux avec des effets boomerang possibles, mais « Jean-Louis Roumégas sera évidemment très impliqué dans cette campagne » rassure le député européen. « Nous souhaitons une écologie ouverte, et une écologie qui rassemble, porteuse d’une énergie politique nouvelle […] Je suis extrêmement fier qu’à Montpellier, ils soient déjà en campagne », lâche Yannick Jadot avant de sauter dans son train.

Voir aussi : [VIDEO] Montpellier, Clothilde Ollier veut « sauver » la gare Saint-Roch

Annonce - Pub - Advertisement