Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDEO] « Régression et aberration », les mots claquent chez EELV pour définir ce que représentent selon eux, la nouvelle gare Montpellier Sud de France, dans la métropole de Montpellier et la politique ferroviaire entre le département du Gard et de l’Hérault.

Les chiffres s’accumulent : 55 millions d’euros en 2014 pour rénover la gare Saint-Roch, 2 milliards pour construire la nouvelle Ligne à Grande Vitesse appelée « Contournement de Nîmes et de Montpellier » (CNM), 150 millions d’euros pour construire une gare TGV supplémentaire (la gare Sud de France), et des délais de mise en service qui semblent “flous”, avec une circulation des trains qui se complique chaque jour. Devant cet état des lieux, des deux nouvelles gares de Nîmes et Montpellier désynchronisées, la région Occitanie avait même un temps retardé les paiements de ces investissements.

Une réduction de moitié de l’offre TGV en gare Saint-Roch

Avec la gare de TGV de Nîmes-Pont du Gard (Manduel) qui entre en jeu, à partir du 15 décembre prochain, la SNCF prévoit de supprimer la moitié des TGV qui desservent actuellement le centre-ville de Montpellier en gare Saint-Roch pour les faire circuler sur la LGV. Europe Écologie Les Verts Montpellier dénonce cet état de fait.

Clothide Ollier veut rencontrer Jean-Pierre Farandou

Jean-Pierre Farandou, bientôt patron de la SNCF, en remplacement de Guillaume Peppy qui termine le 1er novembre 2019, pourrait certainement rencontrer Clothide Ollier, si celle-ci est élue Maire de Montpellier.

Un rendez-vous avec ce nouveau président du directoire de la SNCF pour : premièrement, exiger le rétablissement des TGV qui ont été supprimés en gare Saint-Roch, et deuxièmement remplir la gare Sud de France avec des TGV réellement supplémentaires.

Intervention de Clothilde Ollier et Manu Reynaud, gare Saint-Roch :

Dans l’esprit des initiateurs du CNM, ces deux nouvelles gares excentrées à Nîmes comme à Montpellier, l’objectif essentiel consistait à désenclaver la ligne classique, à ce point surchargée qu’il devenait selon eux, impossible d’y faire circuler le moindre train supplémentaire aux heures de pointe.

Pour les écologistes, cet argument ne tient pas debout, et frise la désinformation. Il restera intéressant de voir si le nombre de TER reliant Montpellier à Sète, et ceux vers Nîmes augmenteront de façon conséquente. Sachant que l’un des arguments était de pouvoir offrir un supplément de confort, pour les passagers habitués à des trains bondés, sur ce réseau de transport régional.

Une pétition en ligne dans l’esprit « sauver » la gare Saint-Roch est accessible ici : sauvonslestgv.fr

VOIR AUSSI : Montpellier, Les écologistes célèbrent les un an de la gare Sud de France à St Roch…

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Gabriel Attal en visite dans l’Hérault pour défendre la politique du gouvernement

L’Hérault est sévèrement touché par la reprise épidémique (quatrième de France), avec un taux d’incidence de 525 cas pour 100 000 habitants. Alors que la France vient de franchir le...

Cinéma en plein-air : Un mois d’août à Saint-Quentin-la-Poterie

Cet été, les Toiles du Sud et l’Office Culturel proposent quatre projections de films à découvrir en plein air. Le rendez-vous est fixé au Parc Chabrier, près de la place...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES