Pass Culture un dispositif, qui faisait partie des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, ferait-il pschit ?

Pass Culture, quèsaco ? un dispositif testé par quatorze départements permettant aux jeunes de 18 ans, de bénéficier de 500 euros pour des dépenses culturelles.

Le pass Culture : une SAS

500 euros, c’est le package pour le bénéficiaire. En revanche, autres chiffres qui risquent de choquer, selon Mediapart, les rémunérations des deux principaux dirigeants de la Société par actions simplifiée (SAS) pass Culture, des rémunérations qualifiées d’ “injustifiables« , par l’un des membres du comité de pass Culture.

Annonce - Pub - Advertisement

En ligne de mire on trouve Damien Cuier, président de la SAS, et Éric Garandeau, son conseiller. Damien Cuier toucherait 170.000 euros par an. Quant à Éric Garandeau entre autres à la tête d’une société de consulting aurait un salaire de 6.000 euros par mois pour un tiers-temps. La société Garandeau Consulting, a eu également d’importants marchés : toujours selon Mediapart, l’État lui a versé 651.600 euros entre septembre 2018 et mai 2019.

25.000 jeunes inscrits

Révélations gênantes, pour un pass Culture, qui faisait partie des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, et qui doit accepter des résultats décevants. Sur 135.000 jeunes concernés, à peine 25.000 jeunes se seraient inscrits pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, selon Mediapart. Ces mêmes jeunes n’auraient utilisé qu’une moyenne de 100 euros, sur les 500 qui leur sont destinés. En juin seulement 441.600 euros avaient ainsi été utilisés, bien peu par rapport aux 29 millions prévus au budget 2019.

Audition à l’Assemblée

Le 20 novembre, deux des représentants de la SAS pass Culture seront auditionnés par la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée. Une SAS dont 70% des parts appartiennent à l’État, et 30% à la Caisse des dépôts et consignations. L’audition concerne Damien Cuier et Isabelle Giordano. Il est à noter qu’Isabelle Giordano, journaliste travaille bénévolement sur cette mesure culturelle, au sein de la SAS.

Pour l’éducation culturelle et artistique des jeunes sur le territoire, le ministère de la Culture devra constituer un budget en 2020, une orientation qui reste avec cette situation, intéressante à observer.

 

Annonce - Pub - Advertisement