[VIDEO] Avant la manifestation cycliste du 10 novembre, les écologistes montpelliérains ont présenté, ce mardi 5 novembre, leur première mesure phare, un plan mobilités actives pour que le « vélo prenne toute sa place à Montpellier. »

VOIR AUSSI : [VIDEO] Montpellier : Clothilde Ollier veut « sauver » la gare Saint-Roch

Le rendez-vous était donné devant l’entrée voitures du parking souterrain Foch-Préfecture, « un exemple de ce qu’est la politique vélo à Montpellier, aujourd’hui ».

Annonce - Pub - Advertisement

Alors que la Ville de Montpellier est à la fois, pointée du doigt par l’Union européenne pour son taux de dioxyde d’azote trop élevé, et mal classé dans le baromètre des villes cyclables mis à jour par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) (9e/11), la tête de liste du « rassemblement des écologistes à Montpellier » a mis sur la table une proposition ambitieuse pour le vélo : « 100 millions d’euros sur 6 ans ».

Pour Clothilde Ollier : « il faut complètement repenser la place du vélo », en somme sortir d’une logique de ponctualité, « pour penser système vélo en général », et mettre sur la table un « plan vélo à l’échelle de la Métropole, avec 100 millions d’euros sur 6 ans, 300 km de voies cyclables et 1000 places de vélos sur Montpellier en parking souterrain ». Et la candidate en a conscience, il faudra pour cela, installer ces places sur d’anciennes places automobiles et donc discuter la place de la déesse automobile face à la petite reine, dans les rues de la capitale languedocienne.

Ce Plan vélo reposera sur trois axes, selon Coralie Mantion, porte-parole du « Rassemblement citoyen pour l’écologie », « le stationnement en souterrain et en surface, la sécurisation des axes existants, et la création deux grands axes pour développer les transports doux ».

[VIDEO] Explications avec Clothilde Ollier, tête de liste du rassemblement des écologistes à Montpellier : « ce n’est pas de l’argent, c’est simplement de la volonté politique ».

Concrètement les écologistes souhaitent obliger, « dans le plan local d’urbanisme, les constructions neuves à prévoir de grands locaux équipés, répondant au besoin de stationnement de plusieurs vélos par famille ; y compris des vélos cargos », développer « massivement l’offre d’arceaux à vélos en libre accès, en surface, au plus près des commerces et des lieux de destination du cœur de ville », mettre en place « 1 000 places sécurisées, abritées et dont la disponibilité sera garantie en contrepartie d’un abonnement de moins de 3 euros par vélo et par mois ».

Pour aménager ces 1 000 places sécurisées, les écologistes préconisent la réaffectation de 125 places de stationnement automobiles (sur les 7 000 places) dans les parkings du centre-ville au stationnement des vélos, à raison de 8 par place.

Plus précisément, sur le parking Foch-Préfecture (équipement municipal), le  « Rassemblement des écologistes à Montpellier » propose la réaffectation de 50 places automobiles au bénéfice de 400 places pour vélos et une modification des rampes d’accès au parking. Le coût de cette transformation, évalué à 500 000 euros, devrait être financé dans le cadre du budget vélo de la Métropole.

Annonce - Pub - Advertisement