[VIDEO] Il y a une semaine le candidat aux municipales de Nîmes annonçait son rejet de l’étiquette La République En Marche.

VOIR AUSSI : Nîmes municipales 2020 : Jalaguier, l’économie, le climat et le civisme

Le 12 septembre dernier, le créateur du mouvement « Mania Nîmes » demandait à Stanislas Guérini, secrétaire général de la République en Marche de clarifier la position du mouvement présidentiel sur la tauromachie, après les propos d’Aurore Bergé, porte-parole du mouvement et le projet gouvernemental de faire interdire l’accès à la corrida aux moins de 16 ans.

Samedi dernier, jour de rassemblement de soutien à la tauromachie à Nîmes, un communiqué tombe, à la manière de l’estocade sur un taureau agonisant, Olivier Jalaguier renonçait à l’investiture de La République en Marche.

Pour le Nîmois, aujourd’hui « mieux vaut être seul que mal accompagné ».

Il s’agit pour le fondateur de l’agence de communication Terraluna de ne pas « accepter l’idée que Paris distribue aux territoires de France les bons et mauvais points. »

En liminaire, une autre question, se pose, la marque « En Marche », à force de tergiversation, n’aurait-elle pas perdu de sa valeur dans la capitale gardoise ?

Interview d’Olivier Jalaguier, initiateur du « think tank » Mania Nîmes et candidat aux municipales

Autres articles :