À Montpellier, Romain Subirats, anciennement à la tête du mouvement « Jeunes avec Macron » local, souhaite que la « commission nationale d’investiture impose « une liste autonome, mais ouverte ».

VOIR AUSSI : Le Rendez-Vous avec Patrick Vignal : « Montpellier, les gens sont debout ! Montpellier, les gens sont fiers ! Et là, ils ont un maire, en fait, qui se cache ».

Pour l’ancien conseiller politique du président de la métropole de Montpellier, après le sondage BVA – La Tribune – Public Sénat et les 9% attribués à la République en Marche par le biais du Député Patrick Vignal, « il est indiscutable que le mouvement de La République En Marche occupe une place déterminante à Montpellier. Rappelons qu’avec les élections européennes, la LReM est la première force politique du territoire. »

Mais tempère le militant, « ni le maire sortant « citoyen divers gauche écologiste », ni Monsieur Mohed Altrad par son soutien Madame Virginie Rozière clairement anti LReM, ne souhaitent incarner sans ambiguïté notre mouvement. »

Une seule solution pour l’avocat fiscaliste, candidat à l’investiture : que la commission nationale d’investiture s’impose « pour une liste autonome, mais ouverte et ainsi prendre en considération les marcheurs de notre territoire. » C’est que pour le candidat « aucun(e) candidat(e) toute tendance confondue ne peut gagner seul les élections municipales. Nous occupons et occuperons une place centrale dans ces élections. »

Mais surtout s’impatiente Romain Subirats, « nous travaillons, marcheurs et citoyens de tous horizons, depuis deux ans, pour proposer un projet politique municipal cohérent notamment sur l’écologie, la sécurité, la propreté et la petite enfance. »

Ainsi, à défaut de réactions de la commission, les marcheurs prendront « leur destin en main » avertie déjà le marcheur…