Mercredi 24 juillet, la mairie de Frontignan a diffusé un communiqué particulièrement virulent où je suis nommément cité.

Cette tribune, d’une rare mauvaise foi, indique que les révélations faites par le site Lengadoc-info concernant les halles de Frontignan seraient diffamatoires et critique de manière injustifiée l’opposition municipale. Ces attaques ad hominem appellent donc une réponse en quatre points:

1) Comme chacun peut le vérifier en lisant l’article incriminé par Pierre Bouldoire, Lengadoc-info n’a commis aucune diffamation et n’a fait que rappeler qu’il règne régulièrement une chaleur étouffante (jusqu’à près de 40°) dans les nouvelles halles. La mairie reconnaît d’ailleurs que l’architecte controversé est bel et bien le beau-frère de Michel Arrouy (2e adjoint de la ville), ce qui a évidemment créé une suspicion auprès de nombreux Frontignanais.

Annonce - Pub - Advertisement

2) Contrairement aux allégations de Pierre Bouldoire, je n’ai aucun contact avec les dirigeants de la Ligue du Midi (qui n’a d’ailleurs aucune activité connue sur Frontignan). La liste de rassemblement que je conduirai en mars prochain pour les élections municipales comprendra des personnalités d’ouverture, issues d’horizons multiples, mais aucun membre de cette ligue.

3) Alors que l’affaire des halles suscite la colère légitime des riverains, Pierre Bouldoire est incapable de faire le moindre mea-culpa. Il essaie au contraire de créer une diversion, en pointant du doigt un journaliste et ses opposants politiques, sans se remettre en question. Au lieu de lancer des accusations stériles et mensongères, Pierre Bouldoire devrait plutôt rendre des comptes aux citoyens sur ce fiasco financier à 2,7 millions d’euros (sans compter le coût de la climatisation d’urgence et les nuisances).

4) Même si la procédure d’appels d’offres a été formellement respectée, les élus d’opposition estiment que la majorité a commis plusieurs erreurs politiques. À l’issue des quatre commissions d’appels d’offres éliminant au fur et à mesure les candidats en lice, c’est Pierre Bouldoire lui-même qui a fait le choix final sans la moindre consultation des commerçants. En outre, le lien de parenté entre l’architecte et M. Arrouy n’a jamais été évoqué. En 2017 l’opposition municipale, soucieuse de l’avenir du centre-ville et ne disposant pas de toutes les informations, ne s’est donc pas opposée au projet. Cependant, compte tenu de la situation et des révélations dans la presse je demande solennellement à Pierre Bouldoire d’apporter au plus vite une solution à ce problème qui empoisonne la vie de notre commune. Les élus d’opposition sauront s’associer à toute initiative qui ira dans le bon sens.

Gérard Prato,
Conseiller municipal et communautaire de Frontignan.

Annonce - Pub - Advertisement