À Montpellier, le collectif Citoyens pour le Climat lance comme partout en France une demande de déclaration d’état d’urgence climatique auprès des élus locaux.

Entre intérêts financiers et égoïsmes particuliers, l’aveuglement semble bien orchestré, l’ampleur de la crise flirte trop souvent avec un déni du réel, pour le confort d’une course au rendement et à la rentabilité. Cette déclaration de l’état d’urgence climatique se veut mondiale. Et pour le collectif et les signataires, 2019 doit être une année décisive qui doit permettre de prendre conscience de la menace qui pèse sur les populations.

1er juillet 2019 parc Clemenceau à Montpellier, déclaration d’état d’urgence climatique, une demande est faite à l’attention du maire Philippe Saurel, mais aussi au niveau du département et de la région. Ici, il est question de : “planifier, attribuer les ressources, développer les compétences, procurer un financement par la fiscalité, gérer l’épargne et les investissements, coordonner les efforts d’innovation et établir un cadre réglementaire pour les mesures d’urgence.

Annonce - Pub - Advertisement

32 mesures pour répondre au dérèglement climatique

32 mesures pour répondre au dérèglement climatique, un pacte de la transition qui doit ouvrir une voie d’action et d’espoir au niveau territorial. (Voir les mesures). Interview avec Stéphane Herb, co-référent du collectif Citoyens pour le climat Montpellier :

Cette démarche est soutenue par d’autres collectifs citoyens et associations, dont Extinction Rébellion Montpellier, OXFAM France, La Carmagnole, Nous Voulons des Coquelicots Montpellier, Alternatiba Montpellier, Les Gardiens de Montcalm, Méditerranée Durable, ANV-COP21 Montpellier. L’idée est de commencer à peser réellement sur les décisions, c’est pour cela que déclarer l’état d’urgence climatique mondial avant le sommet de l’Onu est important.

Avant le 23 septembre 2019

Le Secrétaire général de l’ONU António Guterres organisera le Sommet Action Climat le 23 septembre 2019. Ce responsable souhaite accélérer et concrétiser les applications pour que l’accord de Paris sur le changement climatique soit une réalité et pas uniquement de la Com.

Projet de loi énergie et climat : du symbole au réel

L’Assemblée nationale a voté le 27 juin l’article emblématique du projet de loi énergie et climat qui porte sur les objectifs de la politique énergétique du pays, en y décrétant aussi «l’urgence écologique et climatique». 41 voix contre sept et quatre abstentions : adopté. Une déclaration politique du ministre de l’Environnement François de Rugy, inscrite dans la loi : « urgence écologique et climatique », reste à valider un passage du symbole au réel.

Les engagements seront-ils à la hauteur des enjeux climatiques décrits par les scientifiques ? Dans l’article 2, la création du Haut conseil pour le climat devrait y veiller, mais pour l’heure le coup d’accélérateur est donné par les citoyens réunis en collectifs, et par le Secrétaire général de l’ONU António Guterres.

Annonce - Pub - Advertisement