Le réseau social a indiqué que l’accord avec Huawei, qui autorisait la marque chinoise à installer directement les applications Facebook sur ses smartphones, était terminé.

Rassurant, les utilisateurs d’appareils Huawei existants ne sont pas concernés, idem pour les modèles déjà en boutique. Facebook assure à Reuters que toutes ses applications continueront à fonctionner et à recevoir des mises à jour normalement sur les modèles existants.

Annonce - Pub - Advertisement

Mais pour le groupe chinois, cette nouvelle annonce est un passage difficile. En l’état des accords, ses prochains modèles de smartphones ne pourront pas bénéficier des applications Google, dont l’incontournable Play Store. Avec un tel statu quo, les smartphones Huawei ne pourront plus accéder à Facebook, Messenger, Instagram, et WhatsApp. à suivre…

Des précédents avec les constructeurs chinois

Ce n’est pas si vieux : novembre 2016 et ZTE, Huawei et BLU Products, trois fabricants chinois, avaient alors été pointés du doigt. Le New York Times dans un article de Matt Apuzzo et Michael Schmidt avait révélé l’existence de portes numériques dérobées (backdoors), ouvertes sur un serveur chinois. Un logiciel espion installé par la société chinoise AdUps sur 700 millions d’appareils utilisant le système d’exploitation Android. Étaient ainsi collectées sur le smartphone, les données des utilisateurs, dans leur quasi-intégralité. Données transmises toutes les 72 heures à un serveur localisé en Chine.

Annonce - Pub - Advertisement