L’absence de règlement des tensions sociales dans le pays, qui s’expriment les samedis, fragilise le commerce de centre-ville. Alors que les dégâts et les baisses de chiffre d’affaires pour les commerces du centre-ville s’accumulent semaine après semaine, il est urgent que la Ville de Montpellier se saisisse de la question et leur octroie des aides. En effet, l’emploi et la pérennité de petites entreprises est en jeu.

Alors que quasiment tous les pouvoirs publics se sont mobilisés (État, Région, Département, CCI), seule la Ville de Montpellier fait la sourde oreille. Si Philippe Saurel se satisfait de la rencontre au Ministère des Finances à Bercy le 7 mars, la Ville de Montpellier n’a pourtant proposé aucun dispositif d’aide spécifique pour les commerçants du centre-ville contrairement à des Municipalités comme Toulouse ou Lyon.

Ainsi par exemple à Toulouse, la Ville a voté un million d’euros pour un plan d’aide aux commerçants le 8 février dernier. Il prévoit notamment l’exonération des redevances d’occupation des terrasses pour trois mois mais aussi l’organisation d’évènements festifs exceptionnels avec des opérations parking gratuit.

Je demande donc que Philippe Saurel ne reste pas passif face à ces importantes difficultés et priorise ses actions avec des mesures immédiates pour nos commerces plutôt que d’hypothétiques projets lointains comme celui du réaménagement de la place de la Comédie à 100 millions d’euros !

Michaël Delafosse,
Président du groupe d’opposition La Gauche pour Montpellier
et de l’association Destins Montpelliérains.