Et si la « Formule Débats » était la dose anesthésiante trouvée par le gouvernement pour tenter d’endormir toute contestation ? Jean-Michel Blanquer rêve de confiner la mobilisation lycéenne pour le climat dans les salles de classe, alors que Greta Thunberg a appelé à une « grève mondiale » des élèves le vendredi 15 mars pour réclamer un renforcement des actions pour lutter contre le changement climatique.

Le #15mars aura donc sa version « exposés et débats » mise en place par le ministre de l’Éducation nationale. Annoncée ce lundi 11 mars sur LCI, pour parler avenir de la planète, jour de la « grève mondiale » des élèves pour le climat, il y aura des débats organisés « de 16 heures à 18 heures, dans tous les lycées de France » a expliqué Jean-Michel Blanquer, en précisant qu’il y travaille encore « avec les recteurs ». Pour le ministre, cette organisation est une façon de « manifester l’importance de ce sujet. »

Annonce - Pub - Advertisement

Et pédagogie oblige, Jean-Michel Blanquer offrirait là une méthode, celle de : « travailler à des choses concrètes que l’on peut proposer, pour que les lycéens eux-mêmes s’engagent».

Alors interrogé sur l’appel à la grève, Jean-Michel Blanquer a pensé que ce n’était « pas son rôle » d’appeler les élèves à y participer. Il balayera ainsi cette posture de la manifestation : « structurer une idée va beaucoup plus loin que d’aller dans la rue. » Une petite phrase qui est bien en deçà de la réalité d’une contestation réfléchie des jeunes, à laquelle on pourrait opposer celle de Greta Thunberg : « si les solutions au sein du système sont impossibles à trouver, nous devrions peut-être changer le système lui-même. »

#FridaysForFuture #Youth4Climate #15Mars #ClimateStrike

La mobilisation à venir de la jeunesse répond à l’appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg pour un mouvement mondial pour le climat le 15 mars 2019. Pour l’UNL le message est clair : « l’inaction de nos gouvernements doit cesser, faisons du 15 Mars le Grand Jour ! »

Annonce - Pub - Advertisement