Mise à jour dimanche 9 décembre à 12h

Samedi 8 décembre, la FFMC34, la FFMC30 et les gilets jaunes ont rencontré Patrick Vignal, député LREM de l’Hérault, pour qu’il puisse faire remonter leurs revendications.

VOIR AUSSI : Patrick Vignal, député LREM, a reçu les gilets jaunes samedi 1er décembre : « arrêtons de parler de pédagogie, des actes »

Les motards jaunes se sont donné pour mission de faire « remonter le malaise des citoyens et les problématiques des usagers en 2RM. »

Pour les représentants des deux fédérations, cette rencontre qui succède à celle, de la semaine dernière avec Philippe Saurel est nécessaire pour que les « gilets jaunes des provinces éloignées [qui] n’ont pas les moyens de monter à la capitale [puisse] porter leurs messages de colère et de détresse. »

Pour les deux fédérations, cette rencontre avec Patrick Vignal est un moyen de « délivrer nos revendications auprès des hommes qui sont susceptibles de se faire écouter par le pouvoir actuel, qui après une surdité effarante commence à ouvrir en grand ses oreilles », en somme « faire passer un message qui se voudra clair et concis. »

Patrick Vignal qui avait fixé le rendez-vous a tenu à échanger directement avec les prés de 500 manifestants.

Il a tout d’abord tenu à justifier le bilan du gouvernement, « depuis 18 mois, il y a des choses qui ont été bien faites et des choses qui n’ont pas été assez bien faites », tout en regrettant le manque de mesures sociales. Il a surtout reproché aux gilets jaunes, leur manque d’organisation, « j’ai qu’une chose à dire aux gilets jaunes, organisez-vous ».

Le député de l’Hérault a aussi demandé aux gilets jaunes d’accepter qu’il n’a « que deux petits bras », tout en assumant qu’il fallait que collectivement, ils retrouvent la confiance des Français. Pour le député, il existe « une possibilité de faire bouger le gouvernement ».

Il a expliqué, face aux nombreux gilets jaunes qui ont perdu confiance dans les politiques, « je me suis fait chier le cul à donner dans 50.000 boîtes aux lettres ces documents », « vous savez combien j’ai eu de retours » ? « 200, seulement ! » « Vous croyez plus en nous, mais quand nous, certains, on est généreux, on ouvre , on va faire des réunions publiques, il y a trois pingouins qui viennent ». « Si on est mauvais, virez-nous ! »

Par la suite, les porte-parole des gilets jaunes ont pu échanger intensément avec le député héraultais, tisser des liens et s’écouter. Patrick Vignal a essayé de les convaincre que la ligne du gouvernement est la bonne, mais les gilets jaunes ont gagné en réparties et ils connaissent les dossiers. Le débat est difficile entre le politicien et ces citoyens qui ont décidé de reprendre leurs destins en main.

Ils se sont proposés de mettre en place une méthodologie de travail, afin, ensemble, de « faire bouger le gouvernement. » Le prochain rendez-vous est donné dans un mois, avec l’organisation d’un grand débat pour échanger et co-construire.

Avec son fascicule « Le pouvoir est en vous – Prenez votre place et reprenez la parole », manifeste de la coopérative citoyenne (sur le territoire de la 9e circonscription de l’Hérault), le député Patrick Vignal, expliquait déjà, « La participation ne se décrète pas, elle se construit au fil du temps, à force de courage et de convictions, d’encouragements et de persuasion. La démocratie a besoin d’outils et de moyens pour informer, mobiliser et recueillir les opinions. » Il semblerait que les gilets jaunes lui ait donné raison…