De Rhany Slimane, initiateur du Groupe d’appui de La France insoumise sur La Paillade, sur la visite du Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Saurel à la grande mosquée Ibn Rushd lors de l’Eid-Al-Adha.


Ce vendredi 1er septembre à Montpellier, comme presque partout dans le monde, les musulmans fêtaient leur plus grande fête, l’Eid-Al-Adha commémorant le sacrifice d’Abraham. Et c’est dans la matinée que le Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole Philippe Saurel débarque, flanqué de sa garde noire, à la grande mosquée Ibn Rushd (le véritable nom du génie Averroès) à la Paillade. Présent pour la grande prière et pour présenter ses vœux.

Une fois de plus Monsieur Saurel se présente en qualité d’élu dans un lieu de foi pendant le culte. Cette fois, le Maire nous a épargné l’écharpe tricolore, mais ce ne fut pas le cas le jour de la Saint-Roch ou les services de la mairie furent mis à contribution pour la promotion du culte d’un saint de l’Église catholique. Bien évidemment, une subvention en direction de l’association organisant la fête est passée de 4.000€ l’an dernier à 15.000€ pour cette édition. Une subvention qu’auraient appréciée de nombreuses associations en graves difficultés, par manque d’appui de la Mairie, puisque non alignées sur la majorité municipale. Et tout cela, au nom du « tourisme religieux », les croyants sincères apprécieront d’avoir pour premier édile un marchand du temple. Mais nous savons tous comment Jésus les a fait sortir et renoncer à leurs viles activités.

Bien sûr, ce mélange des genres sera, expliqué, défendu, justifié, avec le catéchisme libéral habituel, sournois et faussement bienveillant comme étant une marque de respect aux différentes communautés religieuses qui forment la ville et non une entorse à la laïcité.

Ainsi, sans crainte, nous opposerons à la horde de courtisans qui se feront un devoir de défendre l’honneur de leur Baron de Caravète, ainsi que leurs petits privilèges, seulement le titre du chef d’œuvre de Ibn Rushd « Averroès », « tahafut al tahafut » que l’on peut traduire par « l’incohérence de l’incohérence ».

Incohérence, car ses actions anti laïques sont étonnantes quand on connaît les amitiés (traîtresses) avec des personnages tels que le sombre Manuel Valls dont la vision dévoyée et rabougrie de la laïcité n’est plus à présenter ou quand les anciens de La Paillade se souviennent et nous expliquent dans leur français « cassé » comme ils disent, mais sincères, les faits d’armes de Monsieur Saurel à l’époque où il n’était que le petit adjoint à l’urbanisme qui se gargarisé publiquement d’empêcher la délivrance d’un permis de construire d’une mosquée en un temps où le besoin était présent, favorisant ainsi les mosquées des caves avec les dérives que l’on a connues.

Mais s’il y a une cohérence qu’on doit lui reconnaître, c’est celle de cette gauche parjure que nous avons trop subi dans nos quartiers, cette gauche caviar de notables qui se promènent les veilles d’élections et disparaissent des années durant après avoir promis, comme des bonimenteurs qu’ils sont, monts et merveilles, accompagnés de quelques sombres rabatteurs communautaristes, caricatures de félons hollywoodiens prêts à trahir le peuple dont ils sont issus pour une bouchée de pain. Ces pratiques que l’on retrouve partout en France, menée par cette gauche de soi-disant « gouvernement », sont responsable de l’abstention record dans nos quartiers populaires, et Monsieur Saurel n’est pas exempt de ses travers et en particulier de celle de la gauche colonialiste.

Oui Monsieur Saurel, vous avez cette mentalité, ou comment expliquer le fait que vous vous rendiez après la prière de l’Eid au consulat du Maroc ?

Si c’était pour souhaiter une bonne fête aux représentants locaux d’un pays musulman ami de la France, vous avez oublié le consulat algérien à quelques centaines de mètres de la mosquée.

Non tant bien même vous y serez allé, la vérité est qu’en plus d’être clientéliste et communautariste (tares que l’on pourrait presque vous pardonner en qualité de bon représentant politique du vieux monde). Vous allez, avec vos manières de petit gouverneur colonial du XIXe siècle, au consulat comme l’administration coloniale allait voir les cadis et chef des tribus pour veiller à la docilité de l’indigène.

Sachez, Monsieur le Maire, que la majorité des gens à la mosquée ce matin étaient des citoyens français et que la plupart des gens de ma génération sont nés ici, dans notre ville. Nous ne sommes pas sous tutelle, nous sommes libres, instruits et veillons au bien commun et sachez que pour les Maires de l’Ancien Monde comme pour les Députés avant vous, l’hiver vient…

Il est aussi de bon ton de rappeler que le Maire, chevalier de paille, qui affichait son nom sur une banderole contre le Front national a, dans les faits, les mêmes pratiques que son confrère de Béziers, l’inénarrable Robert Menard, qui en plein milieu d’une corrida, participait à une messe catholique. Quelles magnifiques justifications et incitations à fouler la laïcité pour ce dernier que les récentes actions et déclarations de Phillipe Saurel. Mais cela ne nous étonne pas, cette gauche « versaillaise » ayant toujours alimenté le Front national au détriment du peuple.

La stratégie étant simple, liguer une partie de la population contre une autre pour affaiblir le rival politique de droite qui s’empêtre de plus en plus dans une course à l’échalote avec le cousin d’extrême droite. On peut le dire, les gens comme Philippe Saurel sont les meilleurs amis du Front national : l’idiot utile qui fait élire les libéraux.

Mais il serait trop facile de pointer du doigt dans une seule direction. Choqué, je suis allé exprimer mon mécontentement auprès des responsables de l’association qui gère la grande mosquée Ibn Rushd, car nous sommes de nombreux jeunes à ne pas avoir apprécié du tout cette agression du temporel sur le spirituel. C’est aux musulmans de Montpellier de faire respecter la laïcité face aux manipulateurs de ce genre, en exprimant clairement le souhait, Monsieur le Maire, de votre départ du lieu de culte notamment un jour de célébration religieuse, les occasions et les lieux de rencontre ne manquant pas si notre sort vous intéresse vraiment.

C’est au nom de l’égalité et de la laïcité que le programme de la France Insoumise prévoit l’interdiction de la présence des élus et des représentants de l’État dans le cadre de leur fonction dans des cérémonies religieuses, quelles qu’elles soient. Et nous vous invitons, monsieur Saurel, à respecter cette disposition, si vous le voulez bien, et ce, dans l’intérêt général.

Cet exemple nous montre que la laïcité est un bouclier qui protège les croyants de tous les cultes de toutes récupérations politiques, et nous sommes de très nombreux musulmans à demander la stricte observation de la loi de 1905 dans l’esprit dans lequel elle fut rédigée, sans laxisme clientéliste ni athéisme intégriste déguisé.

Un Maire qui débarque dans une célébration religieuse le lendemain non pas d’une gifle, mais d’un « emplâtre » électoral, ce n’est pas pour le bien-être de ses concitoyens musulmans ou catholiques, mais pour le sien.

Mais, comme disait Ibn Rushd « Averoes » : « Le pouvoir est une forme de folie. Certaines personnes sont prêtes à tout pour l’obtenir. »

Rhany Slimane