Les appels à manifester se multiplient sur les réseaux sociaux pour un acte 4 des « Gilets Jaunes », en ordre de marche pour samedi prochain.

Pas d’effet d’apaisement avec le moratoire du Premier ministre. Et la notion de « raisonnable » lancée par Christophe Castaner semble faire un effet inverse. La contestation de samedi 8 décembre s’organise partout en France.

Sur Facebook, de plus en plus d’événements pour manifester

Beaucoup d’événements sur Facebook, qui ne manquent pas d’imagination et qui portent des tonalités différentes entre ceux qui appellent à durcir le ton, et ceux qui appellent à se rassembler de façon pacifique.

Parmi ces événements, en réponse au : « qu’ils viennent me chercher » petite phrase d’Emmanuel Macron, du 24 juillet 2018 au moment de l’affaire Benalla, un événement lui répond directement, « Manu on arrive. » Globalement, c’est un appel au blocage général, pour ce samedi 8 décembre. Plus incisif « Acte 4 Macron Démission, » et plus symbolique, un autre événement intitulé « Acte 4, Tous à la Bastille.»

« Tout le monde ira samedi, il ne faut pas lâcher », a exprimé mardi soir sur BFMTV, Eric Drouet l’un des porte-parole des gilets jaunes. Il précise à propos des annonces d’Édouard Philippe : « les gens sont dans l’urgence maintenant, pas dans six mois. Un gel des taxes, ça change rien à leurs conditions de vie dans l’immédiat. »

Éviter de nouveaux débordements

En plus de son appel au calme, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé lors de son audition devant la commission des Lois du Sénat que « des forces supplémentaires » s’ajouteraient samedi 8 décembre, aux 65.000 personnels des forces de l’ordre qui avaient été mobilisées le 1er décembre.

Des CRS ont retiré leurs casques

Un autre tendance peut aussi voir le jour, comme à Pau où les CRS ont retiré leurs casques face aux “Gilets Jaunes.” S’enchainent des applaudissements, et une Marseillaise, avant la dispersion des manifestants dans le calme.