Une rencontre pour comprendre et échanger, avant de passer à l’action. Plusieurs formes de solidarité, de mobilisation et de protestation seront notamment proposées lors de cette 3e session de Montpellier.

Depuis fin 2017, les États Généraux des Migrations regroupent en France et à Montpellier des associations et citoyens engagés ensembles « pour que le sort fait aux migrants soit digne des valeurs de notre République ».

  • « Tests osseux utilisés pour déterminer l’âge « réel » de ces jeunes, alors que leur fiabilité affiche une marge d’incertitude de 24 mois, et que nombre de CHU les ont donc définitivement proscrits de leurs pratiques.
  • Non prise en compte du code civil qui stipule que « le doute profite à l’intéressé »,
  • Mises en rétention, peines de prison très lourdes pour des jeunes considérés comme majeurs,
  • Impossibilité d’exercer leur droit de recours,
  • Mise à l’abri très insuffisante (passage d’un éducateur tous les quinze jours qui distribue des tickets-repas et un peu d’argent),
  • Application incomplète du droit universel à la scolarisation. »

Les associations, les familles et les professionnels (avocats, travailleurs sociaux) présenteront les conditions de vie des migrants mineurs isolés, dits « non accompagnés » dans l’Hérault. Des migrants exprimeront aussi leur vécu.

Infos pratiques : mardi 13 novembre à 17h30 au Gazette Café, 6 rue Levat, à Montpellier.