Dans le cadre d’Alternatiba Montpellier : vendredi était marqué du sceau de l’auto-organisation.

VOIR AUSSI : Auto-organisation, de Montpellier à Marseille : « avec peu de moyens, on a eu une victoire rapide »

Repérer les quatre démons

Impuissance, individualisme, peur et résignation sont les quatre démons qui freinent concrètement l’action, et auxquels l’auto-organisation tente de répondre.

Repérer les quatre démons

Impuissance, individualisme, peur et résignation sont les quatre démons qui freinent concrètement l’action, et auxquels l’auto-organisation tente de répondre.

L’auto-organisation : « un syndicalisme tout terrain »

Technique apparentée à l’éducation populaire, l’auto-organisation est « un syndicalisme tout terrain » adapté aux problèmes du quotidien. Avec à sa tête, un organisateur, catalyseur de la mobilisation, qui par sa position extérieure permet l’émergence de la parole des citoyens. La finalité étant d’éliminer les obstacles à l’engagement de ces derniers : l’impuissance, la résignation, l’isolement et les craintes.

Redonner du pouvoir aux gens.

Ils étaient plus d’une quarantaine à être présents à La Tendresse, coopérative d’associations, pour échanger autour de l’auto-organisation avec Manon Coléou, du pôle auto-organisation de La France insoumise et Adrien Roux de l’Alliance Citoyenne de l’Agglomération Grenobloise.

L’Alliance Citoyenne comprend 1640 militants à Grenoble répartis dans sept alliances de quartier, 505 à Aubervilliers et 200 à Gennevilliers. L’association a plusieurs fois fait parler d’elle dans l’actualité, notamment en occupant le hall d’un bailleur pour demander un plan d’isolation d’urgence pour des locataires à Grenoble.