Pour la deuxième année consécutive, le site de location contribue au budget des communes en collectant directement la taxe de séjour. Elle versera ainsi à la fin de semaine prochaine 13,5 M€ de taxe à 50 collectivités locales hexagonales. Dès le printemps 2018, la collecte automatique sur la plate-forme sera généralisée à 15 000 communes. En Occitanie, selon le Parisien, Montpellier touchera 193 000 € et Nîmes 22 000 €.

Cette bonne communication dont son directeur général Airbnb France et Belgique, Emmanuel Marill s’est prévalu, ne doit pas faire oublier que le géant américain, passé maître en matière d’optimisation fiscale, n’a payé que 92 944 € d’impôts en 2016 – le montant que verserait une PME – comme le rappel Le Parisien.