Tapisserie "La Création 2" (© Ville de Narbonne - Angélique Paitrault)

Elle n’avait pas été décrochée depuis 1916…

Trésor de soie, de laine et d’or, cette tapisserie flamande intitulée « La Création », date de 1490-1500 fit son entrée dans la  cathédrale au XVIIe siècle, par l’entremise de l’archevêque Fouquet. Le 17 juin 1901, elle intègre la liste  des objets classés « Monuments Historiques ».

Après avoir été soigneusement décrochée, enroulée, emballée puis glissée dans une caisse de transport, la tapisserie  Renaissance qui ornait la salle du Trésor de la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur est partie pour un long voyage vers le Nouveau Monde, qui commence en Belgique. « C’est une chance pour Narbonne d’avoir une  tapisserie d’une qualité si exceptionnelle, parmi les plus belles que l’on puisse trouver en France et  au-delà. C’est aussi une chance pour nous de pouvoir travailler sur une œuvre d’une telle splendeur », précise Pierre Maes De Wit, directeur de la manufacture royale de tapisseries De Wit, installée à Malines, en Belgique, en charge de la restauration de la tapisserie narbonnaise.

© Trésor Cathédrale Saint Just, Laetitia Guilhem

Après cette restauration, la Ville prêtera l’œuvre au Metropolitan Museum of Art de New York où elle sera exposée, puis au Cleveland Museum of Art  et enfin, aux Fine Arts Museums of San Francisco.

Partager l'article :