Muriel Ressiguier (© JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Madame Muriel Ressiguier interroge Mme Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement  supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, sur le coût de la rentrée pour les étudiants  et les mesures qu’elle envisage de mettre en place pour résorber la précarité étudiante.

Alors que la plupart des étudiants reprennent le chemin de l’université, avec un retour  en présentiel à 100 %, nombre d’entre eux se trouvent toujours en situation de  précarité.

Selon l’Observatoire de la Vie Étudiante, le budget mensuel d’un étudiant provient à  hauteur de 42 % d’une aide financière des parents, pour 25 % de revenus salariés et  23 % des bourses et dans un rapport paru en septembre 2020, un tiers des étudiants  déclarent avoir rencontré des difficultés financières et la moitié d’entre eux estiment  que ces difficultés étaient plus importantes que d’habitude.

En effet, la fermeture des différentes entreprises proposant des jobs étudiants pendant  la pandémie a entraîné une perte de revenu importante pour les étudiants, estimée en  moyenne à un peu plus de 270 € par mois. Pour 51% des étudiants, ces jobs permettent  principalement de financer les études et d’assurer les dépenses quotidiennes.

De plus, de nombreux parents, eux aussi impactés par la crise sanitaire, n’ont plus la  possibilité d’aider financièrement leurs enfants. Selon le 15ème baromètre IPSOS/SPF  sur la pauvreté, 45 % des français ont subi une perte de revenu durant cette période.  Toujours selon ce baromètre, 42 % des parents se privent souvent ou quelquefois de  nourriture et 45 % souvent ou quelquefois de soins médicaux pour tenter d’offrir de  meilleures conditions de vie à leurs enfants.

La rentrée s’annonce donc difficile pour beaucoup d’étudiants, qui vont devoir faire face  aux dépenses liées à leur cursus. Son coût, en augmentation de 2,5 % est d’ailleurs  supérieur à celui de l’inflation, estimé à 1,9 % en août 2021.

Pour un étudiant non-boursier, le coût moyen de la rentrée est estimé à 2 392 €, dont  1 164 € pour les frais de rentrée et 1 197 € pour les frais de la vie courante. Selon la FAGE, les principaux postes impactés par la hausse sont le loyer et  l’alimentation.

Concernant le logement, le rapport de l’UNEF sur le coût de la vie étudiante dans 47  villes universitaires indique que dans 23 de ces villes le loyer moyen augmente de 2%  et dans 11 il est supérieur au montant d’une bourse échelon 7, équivalente à 573,60 €  par mois. Et comme il n’existe pas assez de logements CROUS, beaucoup d’étudiants  sont obligés de se loger dans le parc privé.

Au niveau de l’alimentation, l’association COP’1 Solidarité Étudiante révèle une  augmentation conséquente du nombre de demandes pour les colis alimentaires à la  rentrée 2020 : 79 % de nouveaux demandeurs ont été recensés. Les banques  alimentaires font également état d’une hausse du nombre de bénéficiaires parmi les  étudiants, une nouveauté inquiétante. Le rapport de l’IPSOS sur la pauvreté indique  quant à lui que, chez les moins de 35 ans, 34 % sautent certains repas, soit une hausse  de 20 % par rapport à 2020.

La précarité étudiante n’est hélas pas une nouveauté et la crise sanitaire, évidemment,  n’a rien arrangé, bien au contraire.

Pour toute réponse, le gouvernement décide de baisser le montant des APL, de mettre  fin au repas à 1 € pour les étudiants non-boursiers et de baisser de 41 millions d’euros  le budget alloué aux aides directes entre 2017 et 2019, alors que le nombre d’étudiants  a augmenté de 100 000 sur la même période.

Et ce n’est pas la hausse de 1 % du montant des bourses, soit 34,5 € qui va mettre du  beurre dans les épinards.

C’est pourquoi Mme Muriel Ressiguier interroge Mme Frédérique Vidal, Ministre de  l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur les mesures qu’elle  compte prendre pour mettre fin à la précarité des étudiants. Globalement, pensez-vous  qu’il faille revenir sur la réforme des APL et généraliser l’encadrement des loyers ?

Et plus précisément, allez-vous enfin mettre en place une allocation d’autonomie  jeunesse ? Qu’attendez-vous pour revaloriser de manière significative le montant des  bourses et élargir le nombre d’ayants-droits ? Comptez-vous allouer un budget plus  conséquent aux CROUS afin de leur permettre d’assurer pleinement leurs missions et  tenir votre promesse de construire les 40 000 logements encore manquants sur les  60 000 promis en 2017 ?

Muriel Ressiguier,
Députée de la 2ème circonscription de l’Hérault.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Annie Favier Baron et Michel Arrouy octobre 2021 (©JPV)

Frontignan : Annie Favier Baron signe jusqu’en 2026 pour agir en faveur de la transition écologique

Bassin de Thau. Frontignan, en cette fin d’octobre 2021 s’est déroulé la signature officielle de la convention pluriannuelle entre le CPIE et la Ville de Frontignan la Peyrade. CPIE, comprendre...

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a commencé en Occitanie

Entre le mois de décembre et avril, la grippe touche en moyenne 2,5 millions de personnes chaque année. La vaccination contre la grippe saisonnière commence aujourd’hui et se déroulera jusqu’au...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES