Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation annonce dans le Parisien la fin de deux pratiques dénoncées dans les élevages : le broyage des poussins mâles et la castration, à vif, des porcelets.

En effet, chaque année, 50 millions de poussins mâles sont éliminés juste après leur naissance en étant broyés ou gazés, rappelle Julien Denormandie dans son entretien au Parisien de ce dimanche.

À compter du 1er janvier de 2022, la France va mettre fin au broyage des poussins mâles. La solution : imposer aux éleveurs de s’équiper de machines pour éviter la pratique d’élimination via le métier de sexeurs, chargés de tourner manuellement les poussins du jour pour séparer mâles et femelles. Désormais, un décret, soumis au Conseil d’État dès la fin de l’été, obligera les couvoirs de s’équiper avec ces machines « high-tech » qui détectent le sexe des poussins avant l’éclosion.

Julien Denormandie détaille également qu’à cette même échéance du 1er janvier 2022, la castration des porcelets à vif sera interdite.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Déclenchement du plan blanc dans les établissements de santé d’Occitanie

Face à la reprise de l’épidémie, l’Agence régionale de santé (ARS) a décidé de demander aux établissements de santé publics et privés  de déclencher leur plan blanc, un dispositif exceptionnel...

Covid-19 : L’hôpital en tension en Occitanie

L’ensemble des indicateurs continue de progresser très fortement en Occitanie avec un taux d’incidence moyen supérieur à 420/100 000 habitants. Selon les services de l’Agence Régionale de Santé (ARS), les...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES