Montpellier : Meeting européen de La France insoumise, vendredi 10 mai 2019 (© AM)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le premier tour des élections régionales et départementales a été marqué par une abstention record : en  France, deux électeurs sur trois ne se sont pas rendus aux urnes dimanche dernier.

Dans l’Hérault,  l’abstention atteint des sommets : de 85% à 87% dans certains bureaux de vote.

Le constat est clair : le peuple s’est retiré du champ politique

Ce sont notamment dans les quartiers populaires, et parmi les jeunes, que les abstentionnistes sont les  plus nombreux. Cela doit nous questionner collectivement : qu’est-ce qu’une démocratie sans électeurs ?

Nous devons tirer plusieurs enseignements de cette séquence

La premier est l’incapacité du gouvernement Macron à organiser ces élections: en confiant la distribution  de la propagande électorale à un prestataire, le gouvernement a fait le choix de la privatisation de la  démocratie. Ce fut un désastre : les retours d’électrices et d’électeurs sur la mal distribution ou, pire, la  non distribution du matériel électoral sont nombreux. De plus, le fait que quasiment aucune propagande  électorale sur les enjeux de ces deux élections n’ait été déployée a empêché la mobilisation.

D’autre part, pas moins de 4 sondages régionaux ont annoncé le RN à plus de 30% en Occitanie et ont fait  apparaître le vote Delga comme le vote prétendument utile. Ces manipulations médiatiques doivent  cesser, elles sont un fléau pour notre démocratie.

Ajoutons que l’incohérence politique des alliances de Delga, ici avec les Républicains, là avec LREM a  participé à brouiller les repères.

Un bilan intéressant au niveau des cantons de l’Hérault

Pour autant, dans l’Hérault, la France Insoumise conserve un socle électoral certain avec des résultats qui  vont de 15 à 20% dans les cantons où ont été présentées des candidatures insoumises dans le cadre du  Printemps Héraultais. Tandis que, au niveau départemental, l’alliance entre LFI et EELV aura  indéniablement permis de consolider ce socle, comment ne pas regretter que la main tendue par LFI à

Antoine Maurice pour faire liste commune au niveau régional ait été refusée? En plus de nous permettre  très certainement d’accéder au second tour, cela aurait obligé Madame Delga à être plus polie avec nos  deux forces.

Sur le canton Montpellier-5, M’Barka Boualleg (EELV) et Julien Colet (LFI) sont qualifiés pour le second  tour. Alors que le Maire de Montpellier, a demandé à ce binôme de se désister au profit du binôme PS,  nous appelons, nous, à la tenue d’un débat démocratique, seule garantie pour que les citoyennes et les  citoyens prennent conscience des enjeux de cette élection.

Aux Insoumises et aux Insoumis de Montpellier et de l’Hérault : tous sur le pont sur le canton Montpellier-5  pour soutenir M’Barka Boualleg et Julien Colet.

Les référent.e.s de l’Hérault
Nathalie Oziol, Matthieu Brabant, Stéphanie Andral

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Déclenchement du plan blanc dans les établissements de santé d’Occitanie

Face à la reprise de l’épidémie, l’Agence régionale de santé (ARS) a décidé de demander aux établissements de santé publics et privés  de déclencher leur plan blanc, un dispositif exceptionnel...

Covid-19 : L’hôpital en tension en Occitanie

L’ensemble des indicateurs continue de progresser très fortement en Occitanie avec un taux d’incidence moyen supérieur à 420/100 000 habitants. Selon les services de l’Agence Régionale de Santé (ARS), les...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES