Patricia Mirallès, députée de l'Hérault
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La députée de l’Hérault Patricia Mirallès salue l’annonce par le Premier ministre Jean Castex de la mise à disposition de doses et de facilités de vaccination pour les enseignants, les forces de l’ordre et les personnels des collectivités territoriales les plus exposés.

Sollicitée par des syndicats locaux sur ces enjeux sanitaires majeurs, elle avait fait part au Premier ministre dans un courrier en date du 2 avril dernier de sa préoccupation quant à l’exposition de certaines catégories de personnels municipaux, et à leur vulnérabilité face au virus.

L’élue héraultaise avait alors appelé le gouvernement à mettre à profit la montée en puissance de la campagne vaccinale pour inclure dans les professions à vacciner en priorité les policiers municipaux, ainsi que les personnels municipaux travaillant dans les établissements scolaires. Une revendication entendue ce jeudi par le Gouvernement.

Dans la continuité de ces travaux, Madame Mirallès souhaite désormais une réévaluation de la liste des personnels prioritaires donnant accès à des solutions d’accueil pour leurs enfants. En effet, de nombreux Français sont aujourd’hui dans l’impossibilité de garder leurs enfants eux-mêmes, occupant une profession incompatible avec le télétravail, et avec des revenus modestes ne leur permettant pas de recourir aux services de garde d’enfants.

Selon la députée montpelliéraine, « Il n’est pas normal que des agriculteurs, des employés de commerces, pour qui le télétravail n’est pas une option, doivent en outre gérer leurs enfants ». Une révision des critères s’impose alors, mais « en prenant compte des situations des foyers dans leur ensemble, et non des strictes professions de chacun ».

Après avoir permis l’accueil d’enfants de personnels soignants ou de forces de l’ordre notamment, il s’agit désormais pour la députée de l’Hérault de repréciser ces critères, en les élargissant à l’ensemble des salariés dont la profession ne se prête pas au télétravail, ayant des enfants, et n’ayant pas de conjoint susceptible de les prendre en charge.

Patricia Mirallès – Députée de l’Hérault

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram