Numa Hambursin au Carré Saint-Anne en février 2017 (deuxième à gauche)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Passer en force. C’est le choix qui a été fait par la Métropole, qui a décidé d’officialiser l’élection de Numa Hambursin à la tête du MOCO.

Après plusieurs heures de flottement, la Métropole a finalement décidé que ses 12 voix sur 19 correspondaient au « deux tiers des suffrages » nécessaires. En pratique, l’ancien directeur artistique du Carré Sainte-Anne (2010-2017) a reçu les voix des représentants de la Ville (4 voix), de la Métropole (7 voix) et de l’État (3 voix). Selon le communiqué de la Métropole, « le Président du MO.CO., Éric Penso, a pris acte de la proposition de son conseil d’administration et de la majorité qualifiée qui s’est ainsi exprimée ».

Pour certaines sources bien informées, il était plus que temps de mettre fin aux polémiques, après un rassemblement ce matin, devant le siège de la Métropole, d’une centaine d’étudiants des Beaux-Arts de Montpellier qui dénonçaient notamment le limogeage de Nicolas Bourriaud, candidat malheureux à un second mandat, dont le projet avait été refusé le 4 mars dernier. Le jury lui avait alors préféré les candidatures de Céline Kopp, Ashok Adicéam et Numa Hambursin.

Il est des petits noms qui marquent plus que d’autres. Si Numa Pompilius fut le deuxième roi de Rome, Numa Hambursin sera lui, le deuxième directeur du MOCO.

C’était attendu. Avec l’arrivée aux manettes de Michaël Delafosse, ce n’était plus qu’une question de temps avant le remaniement du MOCO. Voulu par l’ancien Maire-Président de Montpellier, Philippe Saurel, le projet s’était concrétisé en 2019 avec Nicolas Bourriaud à sa tête. L’EPCC qui regroupe la Panacée, l’hôtel des collections et l’école des Beaux Arts a fait les frais du changement de majorité politique.

Âgé de 41 ans, Numa Hambursin a assuré de 2010 à 2017 la direction artistique du Carré Sainte-Anne de Montpellier. Prix AICA France de la critique d’art 2018 pour un texte depuis publié aux éditions Sometimes, Marlène Mocquet et la critique d’art (2020), Numa Hambursin assurait, jusqu’à aujourd’hui la direction artistique de la Fondation GGL HELENIS pour l’art contemporain.

Numa Pompilius avait donné à Rome, selon la légende, son calendrier et ses rites. Gageons que Numa Hambursin fera de même pour un MOCO qui tarde à s’implanter dans la Métropole et le paysage artistique français.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète : Soirée hommage à Manitas de Plata, samedi 7 août

Le rendez-vous est fixé samedi 7 août au Théâtre de la Mer pour une soirée hommage à Manitas de Plat. Un belle soirée en perspective en compagnie du soliste, et...

Nîmes : « Les Nuits de Nemaus », à découvrir les 5, 6, 9 et 10 août

Sauf restrictions sanitaires de dernière minute, quatre représentations des Nuits de Nemaus seront organisées les 5, 6, 9 et 10 août. Totalement remaniée en 2021, cette 2e édition propose de...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.