16 mars mobilisation des étudiants à Montpellier ©JPV
16 mars, mobilisation des étudiants à Montpellier (©JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Mardi 16 mars, pratiquement un millier d’étudiants ont manifesté à Montpellier, avec une prise de parole devant l’Opéra Comédie. « Nous sommes l’avenir, laissez nous revenir… »

Détresse, fatigue, lassitude, sentiment d’abandon, et maintenant colère, les étudiants se sont mobilisés à l’appel des syndicats et des organisations de jeunesse, pour dénoncer leur précarité et défendre leur avenir : « nous refusons d’être une #GénérationSacrifiée, nous voulons des conditions de vie et d’études dignes. »

Une protection sociale supérieure au seuil de pauvreté

Du concret et de l’action, les étudiants connaissent leurs besoins pour ne pas sombrer, et réclament « un plan d’urgence » de 1,5 milliard d’euros contre la précarité étudiante : une protection sociale supérieure au seuil de pauvreté, une augmentation « immédiate » des bourses et des APL, la réouverture des universités à 50% et l’obligation d’enregistrer les cours. Santé, ils demandent de pouvoir consulter un psychologue de façon obligatoire une fois par an.

Le 15 janvier, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé la création d’un « chèque soutien psychologique » pour que les étudiants puissent consulter. La mise en pratique s’est faite d’une certaine façon avec le site Santé Psy Étudiant. Dont un programme permet d’obtenir trois séances gratuites chez le psychologue.

La précarité de ces jeunes a explosé : « Vidal, t’es foutue, la jeunesse est dans la rue »

Covid-19, pandémie, et c’est la disparition de la plupart des petits boulots des étudiants. 40% d’entre eux avaient une activité rémunérée pour pouvoir étudier. La précarité de ces jeunes a explosé. Avec cette journée nationale de mobilisation étudiante du #16mars, l’idée reste de mettre en lumière une situation de détresse sous-estimée. Mais surtout d’obtenir des réponses rapides d’une ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation presque transparente. Plutôt étonnant pour une ancienne présidente d’université. Aujourd’hui, le message qui lui était adressé, était très direct : « Vidal, t’es foutue, la jeunesse est dans la rue. »

 

#ÉtudiantsFantômes : des mesures concrètes !

Pour Maïwenn Bertotti, étudiante en Sciences Politiques la priorité est « de rééquilibrer le jeu de force entre nous et le Gouvernement, et que l’on puisse faire pression pour que des choses se mettent réellement en place pour aider les étudiants tant au niveau financier qu’au niveau psychologique. » 

[VIDEO] Interview de Maïwenn Bertotti, étudiante en Sciences Politiques :

Gilets Jaunes, écologistes et syndicats (CGT) étaient aussi dans la rue en soutien à la jeunesse et aux étudiants face à l’inaction du gouvernement. Et ils dénonçaient les risques d’une génération sacrifiée qui représentent la France de demain.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
La Fête de la Saint Sixte à Pérols

Pérols : l’incontournable « Fête de la Saint-Sixte » du 6 au 11 août, demandez le programme !

Pérols, la Fête de la Saint Sixte est incontournable. C’est l’une des fêtes votives les plus représentatives du territoire avec au programme :  encierros, abrivados, bandidos et courses camarguaises sur...

Montpellier : « Ne m’oublie pas » d’Aline Nader, à découvrir du 31 juillet au 22 août 2021 à l’espace Saint Ravy

Née en 1987, Aline Nader vit et travaille entre Paris et Montpellier où elle est née. Depuis 2012, le travail de l’artiste a évolué de la photographie et du dessin...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.