Remise Cheque au Groupe de Neuro-oncologie du LR - Laetitia CLABE - DR Luc BAUCHET - PR Valerie RIGAU (© Des Etoiles de la Mer)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le 15 février dernier, l’association « Des étoiles dans la mer » a remis un chèque de 10 000 euros au Groupe de neuro-oncologie du Languedoc-Roussillon grâce aux dons récoltés et aux actions menées tout au long de l’année 2020.

« Des étoiles dans la Mer » est une association montpelliéraine engagée dans la lutte contre le glioblastome, maladie incurable et tumeur maligne cérébrale la plus fréquente. Le Groupe de neuro-oncologie, quant à lui, existe depuis une dizaine d’années et recense l’ensemble des cas de tumeurs du cerveau en France.

“L’objectif de ce travail est de rassembler le maximum de données épidémiologiques pour suivre de manière détaillée l’évolution du nombre de cas et de croiser ces données avec d’autres informations tels que le lieu de vie des patients” détaille le Dr Luc Bauchet, neuro-chirurgien et chercheur au CHU de Montpellier.

La somme sera allouée à la « French Brain Tumor Database » recensant depuis Montpellier, les tumeurs primitives du système nerveux central sur tout le territoire national.

VOIR AUSSI : José Cohen, nouveau Président du Conseil de développement de Sète Agglopôle Méditerranée

Dans 5 ou 6 ans, la “French Brain Tumor Database” rassemblera tous les cas français de tumeurs du cerveau, notamment les cas de glioblastome, la forme la plus grave et la plus courante de tumeurs primitives du système nerveux central. Selon le Dr Luc Bauchet, cet outil permettra d’en savoir plus sur les causes potentielles de ces tumeurs cérébrales.

Glioblastome et tumeurs cérébrales : une étude inquiétante

De janvier 2006 à décembre 2015, le Dr Luc Bauchet a mené une étude sur le nombre de tumeurs cérébrales dans le sud-ouest de la France, notamment en Pyrénées-Atlantiques (64) et Hautes-Pyrénées (65).

Cette étude souligne un nombre plus élevé de certaines tumeurs par rapport à la moyenne française et particulièrement pour les glioblastomes. De ce fait, il apparaîtrait indispensable d’avoir une meilleure connaissance du nombre de chaque tumeur selon les régions pour avancer sur les causes et les risques de ces pathologies.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Juvignac : Découvrez « Local Brass Quintet », mercredi 28 juillet

Pour sa soirée événement à Juvignac, le Festival Radio France Occitanie invite à découvrir Local Brass Quintet et son répertoire entre Debussy et Gershwin. Le rendez-vous est donné dans les...

Nîmes : La Ville lance sa première collection de podcasts

Une première collection de podcasts à écouter gratuitement, sur les grandes plateformes de streaming. Ces podcasts ont pour objectif de mettre en valeur les initiatives et les acteurs locaux. Au...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.