Présentation des dispositifs de soutien psychologique et d’accompagnement pour les chefs d’entreprises en difficultés
Présentation des dispositifs de soutien psychologique et d’accompagnement pour les chefs d’entreprises en difficultés (©JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Sur le territoire, les chefs d’entreprises sont pratiquement 83.000 à dépendre de la CCI de l’Hérault, 10.000 environ pour la Chambre de l’agriculture, et un peu plus de 25.000 pour la Chambre des métiers. En période de pandémie, qu’en est-il de leur santé psychologique ?

Cette semaine, André Deljarry, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie, Thierry Ducros, Président du Centre d’information sur la prévention des difficultés des entreprises – CIP de Montpellier, Membre élu CCI Hérault, Gabriel Culot, Président APESA Montpellier, Nadine Baptiste, Présidente du Tribunal de Commerce de Montpellier et Olivier Torrès, Président d’AMAROK ont souhaité souligner et présenter « l’action historique et la mise en place des dispositifs de soutien psychologique et d’accompagnement pour les chefs d’entreprises en difficulté. »

Réalité de la pandémie : des chefs d’entreprise ruinés moralement et financièrement, il y en a. Petits et grands, les entrepreneurs sont en souffrance. Mais pour que tous, ou presque soient capables de rebondir, un nouvel outil d’accompagnement de ces dirigeants abattus par la crise est mis en place en mode « opération spéciale. » Aux commandes : la CCI avec entre autres une cellule d’écoute, le CIP,  l’APESA Montpellier fraichement installée, c’est l’association d’aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance, le Tribunal de Commerce de Montpellier, et l’observatoire montpelliérain AMAROK, dédié à la santé des travailleurs non-salariés.

« On est en train de parler de souffrance, de santé, de crise, et même de suicide, mais je crois que le mot le plus important c’est le mot rebond, » affirme Olivier Torrès, professeur d’économie des PME à l’université de Montpellier, et fondateur de l’Observatoire AMAROK. Si un chef d’entreprise est en souffrance, il y a un risque de dépôt de bilan. Et ce sont les conséquences sociales de la santé du chef d’entreprise qui sont importantes. Contrairement aux grands groupes, « lorsque Carlos Ghosn est en prison, Renault continue à tourner, quand Steve Jobs est décédé, Apple a perdu moins de 1 %, » explique le professeur d’économie.

Le portail du rebond

« Nous avons décidé de renforcer nos liens, pour accentuer notre engagement dans la prévention des difficultés des entreprises, en leur offrant la meilleure solution d’écoute et d’accompagnement dans l’objectif de favoriser le rebond »  annonce André Deljarry.

« Solutions (SoluCCIo) entreprises en difficulté » et « Comment va boite, »  des outils pour bien diagnostiquer et aider les entrepreneurs. L’objectif annoncé est bien de « ne laisser aucun chef d’entreprise au bord du chemin. » Et l’ensemble de ces mesures sont là pour « tenter d’éviter le maximum de cessation d’activité, » explique le président de la CCI. Qui dit entreprises, dit salariés, préserver et protéger les emplois : l’autre priorité pour la CCI Hérault. Une priorité qui impose de rester à l’écoute des patrons en détresse.

L’APESA Montpellier active des sentinelles. Il est question de juges de la prévention, les administrateurs mandataires judiciaires, les huissiers d’audience ou le greffe, tous sont des capteurs d’informations pour ne laisser aucune détresse sous le radar. Une veille sur la santé des petits patrons « pour alerter et agir très rapidement » précise Gabriel Culot, juge au tribunal de commerce et président de l’APESA à Montpellier. ( Numéro vert : 0805 65 50 50 ) « APESA et AMAROK, nous sommes ensemble dans ce que l’on appelle le portail du rebond, » souligne Olivier Torrès.

Pour Thierry Ducros, président du Centre d’information sur la prévention des difficultés des entreprises (CIP), l’inquiétude se porte sur « une chute vertigineuse des entretiens » qui suppose un manque d’anticipation. Avec les aides, « les entreprises ont peut-être un voile devant les yeux, » le président du CIP le rappelle : « les experts bénévoles du CIP sont à la disposition des dirigeants pour éviter la disparition d’entreprises et la disparition d’emplois. »

État des lieux : pour Nadine Baptiste, la présidente du Tribunal de Commerce de Montpellier : « les aides sont quand même toujours très importantes, l’économie est sous perfusion, et les entreprises ne viennent pas déclarer leur cessation de paiement pour le moment. » Optimiste, la présidente reste « agréablement surprise de la capacité des chefs d’entreprise à se réinventer. » Bref ! Des jours d’après, à suivre de près.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
ZAD du LIEN dans l'Hérault

Montpellier : Projection-échange « Paroles de la ZAD »

À 20h, mercredi 1er décembre, la projection Projection du film  « Paroles de la ZAD » se fera au Café Le Dôme, 2 avenue Georges Clemenceau, à Montpellier. Des échanges et un...

Emploi forum recherche (©Pxls)

Pays de l’or : « En route pour l’emploi »

Mauguio : Forum « En route pour l’emploi » le 2 décembre 2021 de 8h45 à 12h à l’espace Morastel. La 5e édition du forum « En route pour l’emploi...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES