Soutien à Souleymane (© Muriel Ressiguier)

Souleymane Sow a reçu une obligation de quitter le territoire (OQTF) avant fin janvier 2021.

La semaine dernière, plusieurs centaines de manifestants étaient venues soutenir le jeune guinéen, devant son lieu de travail, la boulangerie solidaire « Pain et Partage ». Parmi ces soutiens on pouvait retrouver des députés, un sénateur et des maires et adjoints des communes voisines.

Le Comité de soutien expliquait déjà la semaine dernière : « il est arrivé en France, il y a 2 ans et bénéficiait jusqu’à maintenant d’une autorisation de travailler qui va bientôt prendre fin, car le statut de demandeur d’asile lui a été finalement refusé. Il a alors fait une demande de carte de séjour salarié auprès de la Préfecture de l’Hérault, puis, après un premier refus, un recours gracieux ; à ce jour il n’a reçu aucune réponse si ce n’est une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Il est donc susceptible d’être expulsé à tout moment. »

Un nouveau rassemblement est d’ores et déjà prévu samedi 30 janvier à 10h, place de la Mairie.

Pour le Comité de soutien, « toutes les preuves de l’intégration réussie de Souleymane ont aussi incité de nombreux élus de la République, députés, sénateurs et Maires, à soutenir auprès de la Préfecture sa demande de régularisation. »

En accord avec son employeur, Souleymane projette toujours de réaliser une formation en alternance pour obtenir un CAP boulangerie. Celui-ci avait été licencié, alors qu’il venait de signer un CDI, son employeur ne pouvant légalement employer un sans-papier. Une pétition a aussi été lancée pour soutenir le jeune homme. Celle-ci réunit déjà plus de 30 000 signatures.

Partager l'article :