Illustration France insoumise (CR LFI)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Miné économiquement par une crise sanitaire dont la fin est bien difficile à prévoir ainsi que  par le non paiement des sommes dues par Médiapro à la Ligue, le football français évolue  actuellement sur une ligne de crête à tel point que nombreux sont ceux qui s’inquiètent d’une faillite  de la ligue 1.

C’est dans ce contexte de fragilité économique que le maire de Montpellier, dans un souci  d’allégeance à l’entreprise Nicollin, annonce le lancement de la construction d’un nouveau stade à  Pérols sur le site initialement prévu pour la zone commerciale d’Ode à la mer.

Un stade surdimensionné 

Le nouveau stade aurait une capacité de 25000 places alors que l’affluence moyenne pour  les matchs de ligue 1 était en 2018 de 22584 spectateurs et seulement de 12977 pour le MHSC !

L’expérience des autres stades construits en France ces dernières années devrait servir de leçon. Le Groupama Stadium à Lyon, l’Allianz Riviera à Nice, le Matmut Atlantique à Bordeaux ou  encore le Stade Pierre Mauroy à Lille accusent une capacité bien supérieure à la demande : entre 13  000 et 17 000 sièges vides à chaque match en moyenne. Même constat pour les stades rénovés à  Saint-Etienne ou Marseille.

Le pari de Nicollin est d’attirer plus de spectateurs avec un stade plus moderne et plus  accueillant.  

Or l’affluence des spectateurs dépend avant tout de la qualité du spectacle et des résultats sportifs de l’équipe. En terme de spectacle, les matchs de ligue 1 sont loin de rivaliser avec ceux des  autres grands championnats européens. Les difficultés financières du football français qui  empêchent nombre de clubs de garder leurs meilleurs joueurs, ne devraient pas arranger les choses  et il y a peu de chance qu’un Montpellier Dijon fasse stade plein!

Par conséquent, ce surdimensionnement est contraire au bon sens économique puisqu’il renchérit les coûts de construction et d’entretien. Qui payera la facture?

Parti socialiste 3 – 0 Ecologie. 

Et 1, et 2 et 3 zéro… 

Après le Contournement Ouest Montpelliérain (COM), après la Liaison intercantonnale  d’évitement nord (LIEN), le nouveau stade constitue le troisième ouvrage impulsé par le parti socialiste qui fera vibrer le coeur des supporters du béton. Alors que le candidat socialiste nous  expliquait que le projet Ode à la Mer était nuisible à l’environnement et au commerce de proximité  du centre ville, la même personne nous explique que le nouveau projet lui n’aura aucun effet  négatif!

Avec de tels grands écarts programmatiques, attention au claquage des adducteurs! Financement privé, subventions publiques 

Estimé à 150 millions d’euros, la construction du stade devrait être entièrement financé par  le secteur privé. Sauf que le financement des réseaux routiers, électriques, et d’assainissements  seront pris en charge par la collectivité. En outre, pour que le projet soit viable, les risques sont  grands de voir augmenter les subventions publiques au club. Les supporters seront donc doublement  mis à contribution : par l’impôt et le renchérissement du prix des places.

Du stadium au tradium 

Enfin l’agencement de ce stade révèle un développement capitaliste orienté vers la  consommation. Le Casino, les différents commerces et espaces de loisirs qui entoureront le stade,  sont destinés en priorité aux classes supérieures et moyennes. Les catégories populaires, faute d’un  pouvoir d’achat suffisant seront exclues de fait de ces nouveaux aménagements d’autant plus  qu’immanquablement le prix du billet va augmenter.

Pour la France Insoumise, ce projet de nouveau stade déconnecté des préoccupations  sociales et sanitaires actuelles des citoyens, est inutile, hasardeux et bâclé.

Il est urgent de developper une autre politique du sport et de relire les déclarations de 1936 du  ministre des sports du Front Populaire, Léo Lagrange :

« Dans le sport, nous devons choisir entre deux conceptions : 

la première se résume dans le sport spectacle et la pratique restreinte à un nombre relativement  petit de privilégiés ; 

selon la seconde conception, tout en ne négligeant pas le côté spectacle et la création du  champion, c’est du côté des grandes masses qu’il faut porter le plus grand effort. 

Nous voulons que l’ouvrier, le paysan et le chômeur trouvent dans le loisir la joie de vivre et le sens  de leur dignité. »

La France insoumise Montpellier

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Pierre Soujol, émission Le Rendez-Vous ©JPV

Le Rendez-Vous avec Pierre Soujol : « Il faut construire ensemble un projet de territoire »

[VIDÉO] Un entretien sans filtre avec Pierre Soujol, Maire de Lunel et Président de la Communauté de communes du Pays de Lunel (CCPL). Une analyse de sa campagne victorieuse des...

Montpellier : Top départ pour le Bonheur à Vélo !

Cette semaine, la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) et la vélo-école associative le Bonheur à Vélo organisent une première session de formation au brevet d’Initiateur Mobilité à Vélo...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS

Soutenez Le Mouvement

Montpellier manif 3juin2020

Faire sens, bousculer les repères, et ouvrir des perspectives : tel est le contrat que Le Mouvement, média, libre et indépendant, passe avec chacun de ses lecteurs.