Raphaël Glucksmann au Parlement européen 17 décembre 2020
Raphaël Glucksmann au Parlement européen, le 17 décembre 2020

Ouïghours : Le « j’accuse » de Raphaël Glucksmann au Parlement européen.  Pour dénoncer un silence international face à la répression de la Chine, sur la minorité musulmane ouïghoure, dans la province chinoise du Xinjiang.

Internements dans des camps, dits de rééducation, détentions massives, stérilisation forcée et disparitions, les rapports effrayants d’organisations de défense des droits de l’Homme se multiplient sur la politique de la Chine concernant les Ouïghours.

« J’accuse les patrons cupides »

« Un footballeur comme Griezmann ou des milliers de jeunes sur les réseaux sociaux ont plus fait en un an pour les Ouïghours que tous nos dirigeants réunis […] L’histoire les jugera. » Bruxelles, 17 décembre 2020. Raphaël Glucksmann a dénoncé l’inaction et le rôle joué par un grand nombre d’acteurs dans la répression exercée sur la minorité musulmane ouïghoure.

Des dirigeants de pays musulmans comme les patrons de multinationales, en passant par les chefs d’États européens,  le député européen du groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates lance un cri d’alerte.

« J’accuse la communauté internationale de consentir à ce crime par son silence et sa passivité. J’accuse les dirigeants de nombreux pays musulmans du Pakistan à l’Arabie saoudite, qui brandissent leur foi en étendard et soutiennent la politique chinoise de destruction des mosquées et de profanation des cimetières. J’accuse les patrons cupides de Nike, de Zara et de tant d’autres multinationales qui bénéficient de la réduction en esclavage d’un peuple. »

Intervention de Raphaël Glucksmann au Parlement européen :

 

 

Partager l'article :